Khaled Mechaâl rompt le silence : Non à la Feuille de route, non au désarmement, et non à un gouvernement de coalition





Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaâl, rejette la "Feuille de route", le plan de paix international, refuse de désarmer et dit "prématuré" un gouvernement de coalition avec le Fatah dans un entretien publié hier par le quotidien italien La Repubblica. Le Quotidien-Agences "La Feuille de route n'est pas acceptable. Elle nous impose des conditions détaillées — désarmer et arrêter les moujahidines, renoncer à la résistance —, mais reste vague sur les obligations d'Israël: elle ne dit rien sur Al-Qods, sur les réfugiés, sur l'importance des territoires à restituer", a-t-il déclaré. "Nous ne déposerons pas les armes tant qu'une grande partie du territoire sera occupé. Seule la force a donné des résultats, comme le retrait israélien de Gaza", a-t-il ajouté. Khaled Mechaâl jugé par ailleurs "prématuré" un gouvernement de coalition avec le Fatah, l'ancien parti au pouvoir, grand perdant des élections législatives. "Nous devons étudier la situation internationale, qui est très complexe, les pressions américaines sur l'Autorité palestinienne, voir si Abou Mazen nous demandera d'accepter Oslo, de reconnaître Israël, chose que nous ne ferons pas", a-t-il précisé. "Israël est né d'une agression, de l'occupation de terres", a-t-il affirmé. Le dirigeant du Hamas dément vouloir la destruction d'Israël. "Vous, occidentaux, vous trompez: le statut n'appelle pas à la destruction d'Israël. En arabe, il est écrit +mettre un terme à l'occupation israélienne de la Palestine+. Nous ne voulons pas éliminer l'autre. Seulement obtenir nos droits. Pour cette raison, ce paragraphe demeure", a-t-il expliqué. "Hamas ne ferme pas la porte au dialogue. C'est la philosophie actuelle d'Israël qui l'empêche. Pour cette raison, il ne reste que la résistance", a-t-il conclu. Chef du bureau politique du Hamas et considéré à ce titre comme numéro un du mouvement, Khaled Mechaâl vit en exil entre Damas et Doha. Il a été propulsé aux devants de la scène après l'assassinat par Israël en 2004 des principaux chef du mouvement, Ahmad Yassine et Abdelaziz Rantissi. A noter que Mechaâl pourrait se rendre la semaine prochaine à Gaza pour s’y installer.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com