Exposition : De l’art et de l’amour…





“Signe et écriture” est le thème de l’exposition-inaugurale qui se tient à la galerie “Médina, mon amour”. Un grand nombre d’œuvres, des centaines de symboles et de motifs se sont croisés sur les cimaises de cette galerie plongeant les visiteurs au cœur d’une Médina splendide et authentique. La Médina continue à surprendre agréablement ses visiteurs par ses trésors cachés… à les charmer par cette magie qu’elle exerce avec discrétion et délicatesse. La Rue Dar El Jeld a pris des couleurs culturelles grâce à ces espaces qui ponctuent cette artère de la Médina: l’Association des Anciens élèves du collège Sadiki, Dar El Jeld et “Médina mon amour”, le nouveau-né âgé de presque un mois. “Médina, mon amour” n’est pas le titre d’un film ou d’une autobiographie baignant dans la nostalgie mais c’est l’appellation de ce nouvel espace qui a été inauguré quelques jours avant la fin de l’année 2005 et dont le maître d’œuvre est l’artiste Jamel Abdennaceur. “La médina, mon amour” est un titre provocateur qui nous rappelle un chef-d’œuvre cinématographique “Hiroshima, mon amour” mais la différence est que notre Médina est belle. Cette beauté a besoin d’être entretenue surtout face à cette pollution. “Médina, mon amour” est un espace ouvert pour tous les artistes, je l’ai lancé pour pouvoir m’exposer et donner la chance aux autres pour exposer dans un endroit charmant comme la Médina. C’est une galerie de poche où nous avons essayé de mettre l’art à la portée de toutes les catégories sociales avec des prix raisonnables; je pense que chaque citoyen a le droit d’acquérir des œuvres d’art et c’est pour cette raison que nous avons misé sur les œuvres de petit format et dont les prix sont acceptables par rapport au pouvoir d’achat”, nous a expliqué l’artiste Jamel Abdennaceur qui tient beaucoup à la démocratisation de l’esthétique. L’actuelle exposition dont l’intitulé est “Signe et écriture” réunit deux artistes, de deux univers différents mais de visions proches. Sur les signes, Abdelaziz Barhoumi a travaillé soulignant, avec une grande poésie, l’importance de la lettre en tant que signe riche en esthétique. L’homme qui a déjà fait une grande carrière poétique a choisi de transférer cette passion les belles lettres, cette sensibilité poétique à une autre discipline, à savoir les arts plastiques pour faire dialoguer la poésie et la peinture. Jamel Abdennaceur a revisité la mémoire de la Médina en misant sur plusieurs techniques comme la peinture à l’huile, l’aquarelle, la teinture végétale, le feutre pour le cernage, l’encre de chine, et en travaillant sur divers supports tels que le bois, le papier, la toile, le papier recyclé… Au cœur de la Médina, J. Abdennaceur nous plonge grâce à ces motifs qui ponctuent la mémoire collective de tous les Tunisiens. Un univers précieux, riche sur le plan émotionnel mais surtout culturel que l’artiste Jamel Abdennaceur a rapporté à travers toutes ces couleurs et ces sensations dans des œuvres captivantes. “Actuellement, je suis en train de voir la possibilité de lancer une nouvelle galerie à Djerba pour faire communiquer le Nord et le Sud artistiquement. “Femmes je vous aime, Femmes, je vous vous peints” sera le thème de la nouvelle exposition qui cherche dans la relation entre la femme et la Médina et je pense que ce n’est pas un hasard si la Médina est un nom féminin… C’est une “femme” qui a besoin de notre amour, de notre affection pour qu’elle continue à nous inspirer”, souligne Jamel Abdennaceur qui a excellé aussi en tant que designer. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com