E.O.G.K. : Défaite en amical contre le C.A.B. (3 – 2)





L’EOGK a conclu son stage de onze jours à Aïn Drahem. Une mise au vert jugée concluante par Yaacoubi malgré le froid de canard qui sévit sur les hauteurs de la station du Nord-Ouest. «Nous avons pu travailler tranquillement dans des installations qui étaient toutes à notre disposition puisque la première semaine, nous étions les seuls à occuper les lieux avant d’être rejoints par d’autres clubs. Nous avons pu mettre en place nos plans tactiques tout en nous ressourçant et nous concentrer uniquement sur le jeu», se réjouit Yaacoubi. Mercredi dernier, soit deux jours avant de rentrer au bercail, les Aiglons ont disputé à Aïn Drahem un match amical contre le Club Athlétique Bizertin soldé par une défaite (3 - 2). Les buts banlieusards furent l’œuvre de Papa George et Karim Ben Achour. «J’ai pu aligner dans ce test 17 parmi les 23 qui se trouvaient avec nous à Aïn Drahem. Le résultat importe peu d’autant plus que nous sortions d’un lourd cycle de travail physique intense», note l’entraîneur goulettois-kramiste qui trouve que l’adaptation de la nouvelle recrue franco-palestinienne Chatrit se fera progressivement . Zouaoui n’a pas joué en raison d’une vieille blessure alors que les nouvelles recrues Barka (CSS), Maâtoug (EST) et le gardien Moëz Ben Thabet n’ont pas pris part à ce test. Prochaine sortie, donc, mercredi 1er février contre El Makarem de Mahdia dans la capitale des Fatimides avant de croiser le fer, quatre jours plus tard, toujours en amical, contre le Club Africain au Zouiten. L’EOGK compte ainsi sur cette phase de récupération pour rectifier le tir, colmater les brèches et repartir du bon pied. «Nous devons démontrer un peu plus de rigueur car, malgré tout, nous savons occuper rationnellement un terrain et notre rage de vaincre n’est pas le dernier de nos atouts. Il faudra composer avec les moyens du bord car notre club, comme tous ceux qui luttent pour le maintien, n’a pas un budget colossal lui permettant d’enrôler les joueurs les plus chers. Mais on peut s’en sortir», conclut Yaacoubi S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com