Accord de l’OMC : Le Congress peu convaincu





Le compromis trouvé à l'issue de la conférence de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong risque de ne pas convaincre le Congrès américain, faute de concessions substantielles des partenaires des Etats-Unis. Washington — Agences Les négociateurs américains, et le représentant pour le Commerce (USTR) Rob Portman - ancien parlementaire lui-même - en tête, savent qu'ils doivent aller vite pour le confirmer, avant l'expiration en juin 2007 de la procédure législative américaine connue sous le nom de Trade Promotion Authority (TPA). Celle-ci permet à l'administration américaine de soumettre les accords commerciaux en bloc au Congrès sans que celui-ci puisse les amender lors du vote. Le directeur de l'OMC, Pascal Lamy, a reconnu que les négociateurs avaient désormais parcouru 60% du chemin tracé depuis le début de la négociation du cycle dit de Doha en 2001 et son échéance prévue à la fin 2006. "Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de mystère pesant sur ce que nous devons désormais faire", a souligné Rob Portman à Hong Kong. "Il faut faire les compromis nécessaires et prendre les décisions politiques difficiles", a-t-il dit. "Mais souvenez-vous que, du point de vue américain, nous voulons que cela soit terminé à la fin de l'année, à la fin 2006, et cela implique que si nous laissons passer avril, cela posera des problèmes", a averti le négociateur américain. Une fois le TPA expiré, les parlementaires américains pourront mettre en pièces tout accord conclu à l'OMC. L'opposition démocrate espère réaliser des gains importants face aux républicains au pouvoir aux élections de novembre 2006 et ne fera rien pour faciliter la tâche de l'administration Bush. Même les républicains se montrent dubitatifs sur le compromis trouvé à Hong Kong.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com