Sharon s’apprête à laminer Netanyahu





Al-Qods occupée-Agences Ariel Sharon, sitôt sur pied après une légère attaque cérébrale, se prépare à laminer fin mars son principal rival, Benjamin Netanyahu, nouveau chef de la droite nationaliste, lui aussi bien décidé à en découdre. Selon un de ses proches conseillers, l'intention affichée du Premier ministre et chef du nouveau parti Kadima, est d'affaiblir au maximum le Likoud désormais sous la houlette de Netanyahu, en vue du scrutin du 28 mars. "Ce que Sharon veut, c'est que le parti travailliste d'Amir Peretz grignote suffisamment de voix au Likoud afin de détruire complètement son ancien parti", explique ce conseiller sous couvert de l'anonymat. Sharon devrait ainsi, selon ce responsable, laisser Peretz et Netanyahu "s'entre-déchirer" sur les questions sociales et économiques, le chef du Likoud, ancien ministre des Finances ultra-libéral, étant généralement perçu comme "l'ennemi" des couches les plus défavorisées, tandis que le travailliste, un ancien syndicaliste, est justement un pur produit de ces milieux modestes. Selon le conseiller du Premier ministre, "Sharon pense déjà au lendemain des élections législatives, et pour avancer sur le dossier palestinien, il préfère un parti travailliste fort pour en faire son partenaire au sein d'une coalition gouvernementale". La bataille, les commentateurs politiques israéliens en sont convaincus, va se dérouler au centre. Le Premier ministre en exercice, qui passe désormais aux yeux de la droite nationaliste comme celui qui en a bafoué les idéaux avec le retrait de la Bande de Gaza, devrait désormais adopter un ton plus dur à l'égard des Palestiniens à l'approche des législatives fin janvier dans les territoires. "Sharon a tout intérêt à montrer que le retrait de Gaza est une réussite. Il ne va donc pas tolérer les tirs de roquettes Qassam contre Israël et prendre le risque d'une attaque contre une ville du sud comme Ashkélon", explique le politologue Akiva Eldar. Selon lui, Sharon pourrait donc ordonner "une intensification des raids contre la Bande de Gaza, contre le Hamas, afin d'éviter une escalade qui pourrait jouer en faveur de Netanyahu". Ce dernier devrait essayer de son côté d'adoucir son image de "super-faucon" pour empiéter sur l'électorat centriste largement favorable à Kadima.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com