M. Adel Abou Rakha, DG de la SITS : «La Bourse nous permettra de se développer davantage»





La récente introduction en Bourse permettrait à la Société Immobilière Tuniso-Saoudienne (SITS) d’entamer une nouvelle étape de croissance sur des bases solides. Son directeur général, M. Adel Abou Rakha, l’estime, d’ailleurs, très fort. Interview. Le Quotidien : Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre la liste des sociétés cotées en Bourse, actuellement ? Mr. Adel Abou Rakha : L’idée de l’entrée en Bourse est originaire d’un souci de développement et de croissance supplémentaire. En effet, notre société se trouve actuellement à mi-chemin. On s’apprête à franchir une nouvelle étape d’évolution et de réalisation de nouveaux grands projets qui demandent des sources de financement supplémentaires. Durant nos 20 dernières années, nous nous sommes référés à nos propres sources de financement qui nous ont permis de réaliser un certain nombre de projet dans les différentes régions du pays. Cet auto-financement s’avère, actuellement, insuffisant d’autant plus que nos nouveaux projets couvriront une surface équivalente à celle réalisée depuis notre création, à savoir, près de 120 mille m2. C’est donc, pour cette raison qu’on a opté pour une introduction en Bourse en ce moment. Il y a lieu d’ajouter, également, que cette introduction nous permettra de se distinguer de la concurrence puisque nous sommes les premiers du secteur immobilier à rejoindre la cote de la Bourse. Qu’espérez-vous, donc, de votre introduction en Bourse ? Nous visons à réaliser plusieurs objectifs à travers cette introduction en Bourse, en particulier, l’amélioration de la notoriété de notre société. Etre cotés en Bourse nous permettra, en effet, de figurer régulièrement dans les différents médias notamment les revues économiques. Nous visons, par ailleurs, de rapporter de nouveaux financements pour nos projets, avec le moindre coût, à travers l’entrée de nouveaux actionnaires, et ce, outre les avantages fiscaux réservés aux sociétés cotées dont nous bénéficierons après l’introduction en Bourse. Cette dernière nous permettra, également, de garantir la stabilité et la pérennité de la société, puisque son existence ne sera plus tributaire de l’existence dans son capital de tel ou tel actionnaire. N’avez-vous pas des craintes de la taille réduite du marché financier tunisien ? Non, pas du tout. C’est vrai que le marché financier tunisien est un peu limité, mais il ne faut pas oublier que ce même marché connaît depuis quelques temps une évolution remarquable et qu’avec l’intérêt particulier qui lui a été accordé par les autorités tunisiennes, il pourrait se développer davantage. Mis à part de la taille de ce marché, et comme je vous l’ai dit, l’entrée en Bourse nous représente un atout supplémentaire pour se distinguer de la concurrence qui ne cesse de s’accroître dans le secteur immobilier tunisien. L’introduction en Bourse exige plus de transparence en matière de l’information financière. Etes-vous prêts pour cela ? Pour l’information financière, nous nous sommes habitués depuis la création de la société, à préparer une communication financière à nos actionnaires. Donc, nous nous sommes habitués à la transparence bien avant notre introduction en Bourse. A l’instar de toutes les sociétés cotées, nous donnerons, régulièrement, des communications financières au profit des intermédiaires en Bourse. Quels sont vos nouveaux projets en Tunisie ? Nous avons plusieurs projets à réaliser que ce soit au Grand Tunis ou, également, dans d’autres villes tunisiennes. Nous avons un grand projet de «l’international City center» (plus de 75000 m2) à Tunis, en plus d’un autre projet immobilier à l’Ariana. Nous sommes, également, en train d’étudier d’autres projets. Avez-vous des projets en dehors de la Tunisie ? Non, nous n’avons pas de projets à l’extérieur. Notre activité est limitée à la Tunisie. Entretien conduit par Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com