Tension entre le Tchad et le Soudan : L’UA à la rescousse





L'Union Africaine a annoncé hier qu'elle avait envoyé une délégation au Tchad et au Soudan dans le but de chercher à désamorcer les tensions entre les deux voisins, alors que N'Djamena accuse Khartoum de chercher à déstabiliser son gouvernement. Le Quotidien-Agences La délégation, qui s'est rendue à N'Djamena vendredi, est attendue à Khartoum aujourd’hui, a indiqué Assane Ba, porte-parole du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'organisation panafricaine. Vendredi, le gouvernement tchadien s'est dit "en état de belligérance" avec le Soudan voisin, qu'il rend responsable en particulier de l'attaque rebelle de la localité tchadienne d'Adré (est) le 18 décembre. Khartoum a rejeté toute "escalade" et démenti son implication, tout en essayant de désamorcer les tensions. "Nous ne sommes pas pour une escalade avec le Tchad", a déclaré le ministre des Affaires étrangères soudanais, Jamal Mohammed Ibrahim, à Khartoum. L’UA n'a pas donné d'indications sur le contenu du message que la délégation apportait aux deux pays, mais a concédé que l'UA avait un intérêt crucial à prévenir une guerre dans la zone. Elle a déployé des milliers de soldats de sa force de paix au Darfour, une région en proie à la guerre civile située sur la frontière entre le Tchad et le Soudan. La délégation de l'UA va tenter de désamorcer le conflit dans un contexte de tensions accrues, ces dernières semaines, entre les deux voisins, sur fond d'accusations mutuelles, N'Djamena reprochant à Khartoum de donner refuge à des rebelles tchadiens et le Soudan accusant le Tchad de mener des opérations militaires en franchissant la frontière. Plusieurs nouveaux groupes rebelles se sont constitués récemment dans l'est du Tchad, une région où se sont réfugiés quelques 200.000 personnes fuyant la guerre au Darfour, tandis que Khartoum a accusé N'Djamena de déployer des troupes et des avions sur son territoire avant l'attaque d'Adré. Une centaine de rebelles ont été tués, selon les autorités tchadiennes, lors de cette attaque et N'Djamena a indiqué que ses troupes avaient exercé leur droit de poursuite contre les rebelles sur cinq kilomètres de profondeur en territoire soudanais avant de se replier.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com