Les Sang et Or réussissent le virage





En venant à bout du CSS à Sfax, l’EST a gagné le match qu’il ne fallait pas perdre réussissant à garder le fauteuil de leader. C’est que cette fois-ci l’Espérance a pris une avance substantielle au score dès la première partie de la rencontre grâce à deux buts du goaleador Letaïef. Et cette fois-ci, le coach sang et or s’est décidé enfin à aligner un troisième attaquant, Zitouni en l’occurrence aux côtés des Letaïef et Dos Santos, un choix qui a permis de bloquer les montées des latéraux adverses et de libérer quelque peu Letaïef. Il faut bien avouer aussi que la partie ne pouvait mieux commencer pour le leader avec un penalty obtenu et transformé en but dès la cinquième minute. Puis, l’équipe de Bab Souika a opté pour la prudence avec une défense regroupée mais qui flottait du côté droit où Berradhia était souvent dépassé par Nafti. Le second but inscrit sur un centre-tir de la gauche par Letaïef n’a fait que consolider l’avance car entre-temps les Badra, Nwaneri et consorts ont bien souffert du pressing et des centres qui fusaient de partout. L’ascendant sfaxien allait s’accentuer après la pause avec l’incorporation de Safi et Salem. Kasraoui et sa défense devaient quand même céder une seule fois sur une tête de Blaise Kouassy avant de tenir le coup jusqu’au de sifflet final. Mais il faut bien avouer que l’Espérance a bien joué avec le feu en acceptant la domination sfaxienne car à chaque accélération des Boujelbane, Nafti, Ba ou Salem le but chauffait. En fin de compte, l’Espérance qui tenait à ses trois points a joué seulement pour le résultat et a eu gain de cause, jouant intelligemment le coup en première période et acceptant de souffrir après la pause, ne tirant qu’une seule fois (sur le poteau) vers la cage adverse. Trois points d’une valeur inestimable qui permettent à l’équipe de consolider son poste en haut de la hiérarchie et d’éloigner son adversaire du jour, le CSS. Celui-ci qui a mal négocié la première période du match, n’a pas eu la lucidité nécessaire pour éviter la défaite malgré tous les efforts déployés après la pause, apprenant à ses dépens que dominer n’est pas forcément gagner. Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com