S.T. – E.S.S. (1-3) : La réussite a choisi un seul camp





Entre une équipe étoilée réaliste et bien disposée sur le terrain et un ensemble stadiste qui sait tout faire sauf marquer des buts, c’est la réussite offensive qui a fait la différence. Malgré l’écart énorme qui sépare les deux équipes au classement, le match fut équilibré et ce sont même les Stadistes qui ont eu plus d’occasions de but, mais l’Etoile a fait parler son métier pour s’en sortir avec une victoire qui, en fin de compte, n’était pas aussi facile que le laisse penser le score final. * Tactiques différentes Les deux entraîneurs ont joué la carte de la surprise en changeant leurs dispositifs tactiques par rapport à leurs dernières sorties. Robertinho a opté pour un 4-4-2 avec un seul récupérateur, Cardoso, et deux milieux de couloir, Salhi à gauche et Touniche à droite. En face, Bazdarevic a préféré le 3-5-2 avec un milieu garni et plus prompt dans le travail de récupération. Cette disposition de la part des deux techniciens a permis à l’ESS d’être plus présente à l’entrejeu, mais cela n’a point gêné les Stadistes qui optèrent pour le jeu direct sans passage forcé par le milieu. Enfin de compte, les Sahéliens ont eu gain de cause grâce à leur réussite offensive, un facteur qui a énormément manqué à leurs adversaires. D’ailleurs, l’ESS a pris l’avantage à la première occasion qui s’est présentée et Traoui a splendidement profité de la bévue de Baghouli alors que la trajectoire de la balle a fait le reste. En seconde période, l’Etoile, plus forte en individualités, va faire le break suite à un penalty contesté par les Stadistes et un fort joli but de Gelson qui a achevé une belle combinaison étoilée. En fin de match, le penalty de Gilson n’a fait que sauver l’honneur d’une équipe stadiste qui a présenté un volume de jeu égal à celui de son adversaire, sans faire preuve de réalisme devant les buts. Le coach étoilé Bazdarevic était content de cette victoire, mais il a reconnu que c’était en réalité très dur : «Il est vrai qu’on a marqué trois buts et raté d’autres occasions, mais le ST a été très dangereux grâce à son jeu direct et l’engagement physique de ses joueurs qui excellent dans les duels. Mes joueurs ont beaucoup travaillé et tenaient à se réhabiliter, et je pense qu’ils ont été à la hauteur». Dans le camp stadiste, la déception était énorme. D’une part, cette défaite plonge l’équipe dans le fond du classement, et d’autre part, on n’a pas manqué de se plaindre de l’arbitrage de Mohsen Belaïd. Les joueurs, l’entraîneur et les dirigeants étaient furieux à l’encontre de l’homme en noir, mais encore une fois, les Stadistes ont payé les frais de leur inefficacité, comme l’affirme leur capitaine Adlène Baghouli : «L’adversaire a eu plus de chance en réussissant à marquer trois buts sur un total de cinq occasions, alors que notre équipe a raté au moins quatre buts tout faits. Ce sont ces détails là qui ont fait la différence, mais je ne peux m’empêcher de relever les erreurs d’arbitrage qui ont fait beaucoup de mal au ST et ont nettement changé le cours du match». On comprend l’ire des Stadistes dont la situation au classement devient critique, mais Robertinho et ses joueurs feraient mieux de trouver, rapidement, un remède à leur manque flagrant d’efficacité offensive. Pour l’Etoile, les trois points empochés avant-hier au Zouiten vont faire beaucoup de bien au mental des joueurs qui doivent, cependant, se montrer plus réguliers pour pouvoir mettre la pression sur le leader du classement. Kamel ZAIEM _____________________________ Quand Belaïd s’en mêle ! Le match ST - ESS a connu plusieurs tournants, à commencer par le premier but étoilé et le festival de ratages du côté stadiste. Mohsen Belaïd, l’arbitre, s’est lui également mis en évidence en privant les Stadistes d’égaliser à deux reprises au moins puisqu’il a fermé l’œil sur un penalty flagrant suite à une faute sur Ziadi et a annulé un but du même attaquant stadiste en signalant un hors-jeu imaginaire. K.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com