C.A. : Le challenge de Marchand





A défaut d’exploits sur les aires du jeu, à défaut également de recrutement retentissant et de grande envergure comme souhaité et expressément demandé, les supporters clubistes ont eu droit à un nouvel entraîneur en guise de cadeau de fin d’année. Sitôt le contrat signé le liant au club de Bab Jedid pour dix-huit mois, le Français Bertrand Marchand a chaussé ses crampons afin de diriger sa première séance d’entraînement, lundi, avant de prendre le chemin du complexe Mounir Kebaïli où l’attendaient les représentants des différents organes de presse pour une conférence improvisée et décidée manifestement à la hâte par les responsables clubistes, ce qui explique l’absence totale des caméras de la TV. Dans son intervention, après les salamalecs usuels de bienvenue prononcés par le premier dirigeant clubiste, le technicien français allait présenter un bref aperçu sur sa carrière de joueur puis d’entraîneur au Stade Rennais, mais dont le point culminant était un passage fort réussi à la tête de Guingamp avec lequel il a arraché une méritoire septième place en Ligue 1 française. Abordant ensuite son avènement à la tête du grand club tunisois, Bertrand Marchand n’a pas manqué de surprendre certains présents en assurant qu’il a «déjà supervisé le CA», une manière comme une autre pour annoncer que le contact était déjà établi depuis un certain temps. «C’est un challenge ambitieux, sinon exaltant», devait assurer le nouveau coach, avant de poursuivre : «J’ai supervisé aujourd’hui (NDLR : lundi) des joueurs aux qualités certaines et qui ont l’envie de réussir. En un mot des joueurs avides, donc tout à fait prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes, sinon à se défoncer pour les couleurs du club. Un grand club par ailleurs aux supporters passionnés et très attachés à leur association, spécialement à leur équipe fanion. Certes, la mission ne sera pas de tout repos, mais il faut être patient afin de construire ensemble un édifice solide, capable de valoir les meilleures satisfactions». De belles promesses en perspective, mais qu’en est-il des objectifs à moyen terme ? Eh bien, en abordant ce sujet, le technicien français, ancien patron entre autres de l’Ivoirien Didier Drogba, s’est montré apparemment prudent, tout en voulant être rassurant : «Effectuer le meilleur parcours possible. Le CA n’est qu’à trois points du leader espérantiste. A l’heure actuelle, les joueurs ont logiquement toutes les cartes en main; ils auront tout d’abord à réussir le match de Monastir, par la suite nous aurons un mois et demi pour préparer la reprise, tout le temps nécessaire par conséquent afin d’aborder la suite de la compétition en toute sérénité». Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com