Basket Nationale A (1ère phase – 19ème J.) : La révolte des sans-grade





L’ESR et l’EOGK qui malmènent l’ESS et l’USM, le DSG qui contraint le SN à jouer les prolongations ... Voilà une ronde, la dix-neuvième, folle, folle, folle. Malgré ces hauts faits, cette journée a définitivement délimité la configuration des deux poules. Qu’on s’entende avant tout sur le qualificatif de sans grade. Il ne renvoie, évidemment qu’à des données strictement conjoncturelles. En effet, l’ESR et l’EOGK sont réputées pour être des bastions du basket national. Mais, pour l’heure, elles connaissent une période transitoire assez délicate. Cependant, l’espace d’une journée, elles ont rappelé au souvenir de tous que leurs jeunes, qui parachèvent leur maturation, pour avoir le basket dans le sang, sont capables, sur un match, de battre n’importe quel antagoniste. Ceci dit, et au bout d’un match d’un rare suspense, les Radésiens chez lesquels Ettaïeb constitue un apport de taille ont pu avoir le dernier mot face, pourtant, à un ensemble sahélien truffé d’individualités de valeur, telles que Khanfir et Bra, et se prévalant d’un excellent fond de jeu. Les Radésiens rejoignent, ainsi, le CSC à la septième place, signifiant clairement à son voisin cheminot que le sprint final pour l’engrangement du bonus, est bel et bien lancé. Evolution du score : 17-18, 48-37, 58-59 et 79-76. Dans le même temps, les Locomotives ont subi la loi des Aghlabides. Ces derniers, conscients qu’un faux pas aurait semé le doute dans l’esprit des joueurs dans la perspective de la qualification au play-off, ont négocié avec beaucoup d’à-propos leur partie, s’assurant et le gain du match et l’accession à titre définitif à la poule qui jouera pour le sacre. Evolution du score : 13-21, 23-42 à la mi-temps et 71-82 comme score final. Pour revenir aux Goulettois, certifions qu’ils ont agréablement surpris, à telle enseigne que les Monastiriens, privés du seul Bouslama, en sont restés médusés. Après un premier quart-temps laborieux les Aiglons ont survolé les débats, ballottant leurs vis-à-vis dans tous les sens, parvenant même à creuser un écart de plus de 20 points au début du dernier quart-temps. Tous les joueurs sont à féliciter avec une mention spéciale à Hamdi Chargui, le principal pointeur de l’équipe. Evolution du score : 14-24, 36-34, 53-41 et 74-59. Une autre équipe a particulièrement brillé. Il s’agit, bien sûr, du DSG, qui a infligé une peur bleue au leader de la compétition. Et qu’on ne prétexte surtout pas un quelconque sentiment de supériorité qui s’apparenterait à une absence d’humilité fort condamnable. Dès le début du reste, les Grombaliens ont annoncé la couleur, parvenant à mener à la 8è (22-12), ne concédant à la mi-temps qu’un petit écart (39-41). Ce fut ensuite un haletant chassé-croisé jusqu’à la fin du match survenue sur une égalité à (86-86), à laquelle le métier de chevronnés tels que Slah Ferchichi et Nabil Euchi, n’est pas étranger. Et finalement, l’expérience des Potiers a prévalu lors des prolongations (95-98). Pour leur part, EZS et surtout le CA, n’ont pas fait les choses à moitié face aux néo-promus. Et après avoir pris une option définitive sur la victoire, Zahrois et Clubistes se sont contentés de faire une revue d’effectif, les premiers l’emportant par un écart de 21 points face aux Ansariens (93-72), les secondes totalisant la bagatelle de ... 57 points d’écart (44-101), un score qui se passe de tout commentaire. Pour tout dire, l’intérêt a, désormais trait à l’octroi du bonus aussi bien en haut du classement (SN, EZS et CA) qu’en bas (ESR et CSC). Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com