Tourisme : Les défis de 2006





Afin d’affronter la concurrence accrue et d’améliorer les scores actuels, le tourisme tunisien est appelé à relever plusieurs défis au cours de cette nouvelle année. Tunis - Le Quotidien La Tunisie est appelée à consolider sa part du marché dans le tourisme afin de faire valoir les résultats positifs réalisés en 2005 et améliorer ces scores. Car l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) affirme que les perspectives du secteur pour cette année sont positives, et ce malgré la persistance d’une conjoncture internationale difficile. Les touristes semblent s’être habitués à ce climat et continuent à voyager. Pour atteindre cet objectif, le tourisme tunisien doit relever un certain nombre de défis. Pour cette nouvelle année, le secteur tend en effet à diversifier l’offre. Ce qui représente une nécessité de premier plan compte tenu des nouvelles motivations mais aussi des attentes de la clientèle internationale. Il va sans dire que le tourisme tunisien doit absolument repenser le développement qui reste basé sur le produit balnéaire. Or, l’avenir n’est plus dans le soleil et la mer uniquement. C’est non seulement une exigence de la demande mais également un impératif de survie dans un environnement marqué par une concurrence accrue. D’autant plus que les potentialités au niveau d’autres composantes existent. Mais cette richesse n’aurait plus de sens si elle reste peu ou mal exploitée. Et c’est là un autre défi. La responsabilité à ce niveau incombe à la promotion. La stratégie adoptée à ce propos doit traduire l’ambition. En même temps, le secteur qui choisit d’afficher des ambitions importantes en termes de flux et de recettes doit s’entourer des moyens nécessaires à même d’atteindre ces objectifs. C’est en ce sens que M. Tijani Haddad, ministre du Tourisme a affirmé lors d’un forum organisé récemment sur la compétitivité du produit touristique tunisien qu’on est appelé justement à repositionner notre produit dans l’environnement euro-méditerranéen et à l’échelle internationale. Selon le ministre, il faut également revoir nos politiques des marchés, de commercialisation et de promotion. * Cap sur la qualité Par ailleurs, l’année 2006 est celle des normes 2006 définissant celles minimales de classement des hôtels de tourisme. A ce sujet, il est clair que nombreux sont les hôtels tunisiens dont le confort ne ruine pas avec le nombre d’étoiles. Ces nouvelles normes de classification vont peut-être pousser les professionnels vers un meilleur respect de la qualité. Ce doit être aussi une occasion à saisir pour imposer davantage de rigueur quant à l’attribution des étoiles. Ceci dit, l’étude qui a porté sur la compétitivité du produit touristique tunisien réalisé dernièrement a mis le doigt sur plusieurs lacunes. Elle recommande de sortir des sentiers battus, de revoir l’actuel modèle de développement touristique et de mettre à niveau l’existant. A ce juste titre, l’année 2006 est placée sous le signe de la mise à niveau du secteur hôtelier. Ce programme va ainsi atteindre sa vitesse de croisière au cours de cette année. Les unités désuètes doivent disparaître pour que le pari sur la qualité soit gagné en partie. Car le tourisme tunisien n’a de choix que d’aller de l’avant afin de se hisser au niveau des destination concurrentes, lesquelles selon l’étude en question, se sont envolées et ont gagné en maturité professionnelle. M.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com