E.S.T. : La patience selon l’Espérance !





L’EST a construit patiemment sa qualification aux huitièmes de finale de la Coupe de Tunisie aux dépens d’un ASM plutôt prudent. Craignant à juste titre ce tour face à un adversaire capable du meilleur, l’Espérance a opté avant-hier à Radès pour la sagesse. Les hommes de Ben Yahia, avides de réhabilitation après la défaite subie en championnat étaient condamnés à vaincre. Sans courir des risques derrière, il fallait monopoliser le ballon, jouer vite et varier la manœuvre pour destabiliser l’arrière-garde adverse. A ce jeu, le club sang et or n’a réussi qu’en partie. Menés par un bon Olivier, les assauts répétés vers la cage de Khalloufi n’ont porté leurs fruits que tard, à douze minutes de la fin après beaucoup d’efforts. Une réussite tardive car à chaque fois quelque chose faisait défaut: une passe ratée, un tir mal ajusté ou bien sûr un arrêt fantastique du gardien Khalloufi. Il faut aussi reconnaître que déverrouiller la défense marsoise n’était pas aisé pour les Letifi, Dos Santos ou Ben Yahia qui donnaient l’impression d’être encore sous le coup du revers de dimanche dernier. En fin de compte, l’essentiel a été assuré à savoir la qualification et en cette période. C’est très important pour le club sang et or qui va livrer les trois prochains matches de championnat à Tunis. Sur le plan individuel, Olivier a fait preuve d’une activité débordante et a été le meilleur joueur de son équipe qui a enregistré à l’occasion le retour de Tizié et Bhaïri et la première sortie officielle de Berradhia. Prié de commenter la prestation de l’Espérance, Khaled Ben Yahia s’est contenté d’affirmer que “face à un ASM toujours difficile à manier, il fallait faire preuve de patience et surtout éviter de se découvrir derrière. Notre victoire a mis du temps pour se dessiner mais elle ne souffle d’aucune discussion tellement notre mainmise sur le jeu a été évidente”. Maintenant, il appartient au club de Bab Souika de repartir du bon pied en championnat dès ce dimanche face à Jendouba Sport, son tombeur de la première journée. * Limites offensives Dans le camp marsois, la déception était évidente surtout que l’équipe n’a pas joué toutes ses chances dans un match de Coupe où l’audace était nécessaire à un certain moment pour prétendre à la qualification. C’est que l’équipe de Ali Selmi s’est contentée de faire de la résistance grâce à une défense bien placée; un gardien en forme et un milieu de terrain qui ne s’est acquitté de sa tâche qu’au niveau de la couverture. En effet, la seconde partie du plan mis en place n’a pas bien fonctionné car les attaquants Rehifi, Jelidi et plus tard Chettaoui n’ont pas bénéficié du soutien nécessaire pour pouvoir inquiéter Tizié qui a passé une après-midi bien tranquille. Autrement dit, l’Avenir a tout fait pour ne pas perdre mais n’a rien fait pour gagner. Et quand il a encaissé le but à douze minutes de la fin, il n’a plus trouvé le temps et les ressources nécessaires pour revenir dans le match. D’ailleurs, Ali Selmi, le coach marsois l’a bien reconnu après le coup de sifflet final: “L’équipe s’est bien défendue derrière en obligeant l’adversaire à jouer loin et à limiter les espaces jouables devant lui mais malheureusement le plan d’attaque n’a pas fonctionné faute d’attaquants capables de faire la différence ou d’inquiéter sérieusement le gardien espérantiste”. Comme quoi, en football, les bonnes intensions ne suffisent pas. Et l’A.S. Marsa, qui comptait beaucoup sur l’épreuve Coupe pour oublier ses derniers déboires en championnat, se trouve contraint de quitter prématurément la course. A partir d’aujourd’hui, les responsables de ce club devraient penser au recrutement d’un ou de deux attaquants de valeur pour espérer réussir un bon parcours lors de la phase retour. Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com