Khaled Azaïez : «J’ai perdu beaucoup de temps…»





Depuis le 31 juillet dernier, Khaled Azaïez n’a pas disputé la moindre rencontre officielle avec le CA. Il lui a donc fallu attendre quatre longs mois pour goûter au plaisir de livrer «un match qui compte». Cela s’était produit mercredi dernier en Coupe de Tunisie devant ES. Certains commençaient à désespérer de vous voir un jour aligné en tant que titulaire dans un match officiel avec le CA... Ma situation est bien délicate. Rien ne vaut la compétition et en gardant régulièrement le banc des remplaçants, on perd beaucoup de repères et de ses réflexes. Pourtant, pour un gardien de but, avec les règlements autorisant trois changements, on peut rentrer à tout moment. Malheureusement, j’ai dû attendre mercredi dernier pour inaugurer mon compteur de matches joués cette saison. Dans pareils cas, on essaie de retrouver au plus vite ses sensations sans trop se poser de questions. Il doit néanmoins persister chez vous un petit sentiment de frustration ? Je crois que je n’ai jamais démérité. L’ordre des priorités (Boumnijel premier gardien, Azaïez suppléant) a été défini depuis le début de saison par Youssef Zouaoui et le Bureau directeur. Il y a surtout dans cette décision claire prise en considération de l’intérêt de l’équipe nationale dont les bois sont gardés, on le sait, par mon ami Ali Boumnijel. Que pensez-vous justement de Boumnijel ? C’est un gardien très sérieux et hautement professionnel aussi bien aux entraînements que dans la vie de tous les jours. D’ailleurs, il a passé avec nous neuf petits mois et il est toujours étonné par les traditions et la mentalité du football de chez nous. Il ne faut pas oublier qu’il a fait toute sa carrière en France où le régime «pro» est beaucoup plus rigoureux et plus discipliné. C’est d’ailleurs là le secret d’une aussi formidable longévité. Seulement, par rapport à Boumnijel, vous représentez l’avenir du CA ? L’avenir du CA alors que j’ai déjà trente ans ? Non, je ne suis plus très jeune j’ai parfois envie de changer d’air pour pouvoir jouer un peu plus. En restant sur le banc, je sais que je risque gros et que je perds beaucoup. Forcément, par rapport à mon ami Boumnijel, je dois paraître dépositaire de l’avenir au poste de keeper. Mais il faut toujours considérer Ali comme un cas particulier en jetant un coup d’œil sur le certificat de naissance. Vous avez envie de changer d’air. Avez-vous des offres pour espérer partir ? L’été dernier, il y en eut quelques unes. A présent, il n’y en a plus d’officielles. Le Club Africain a besoin de moi car il doit aussi regarder plus loin que cette saison. Malheureusement, j’ai l’impression de ne plus pouvoir trop longtemps patienter. Ma situation se complique d’autant que j’ai perdu une place en Equipe de Tunisie dans une saison qui ne se répétera peut-être jamais dans ma carrière. Celle de la Coupe du monde et de la Coupe d’Afrique. Comment vivez-vous les interminables soubresauts qui secouent cette année le Club Africain ? Malgré un été difficile où nous ne trouvions même pas à qui parler de nos problèmes et de besoins, malgré ce que d’aucuns appellent crise permanente, le CA est toujours là, prêt à batailler ferme pour le titre. Il suffira du reste de quelques renforts ciblés pour viser très haut d’autant que la situation au sein du Bureau directeur s’est stabilisée. Kamel Chebli a-t-il changé quelque chose au CA ? Notre entraîneur travaille selon les moyens et le potentiel humain dont il dispose. Il a su vite s’adapter et prouver qu’il n’a rien à envier aux coaches les plus chevronnés. Enfin, vous entamez la phase retour, demain, en effectuant un rude déplacement à Zarzis. Etes-vous d’accord avec ceux qui trouvent que l’ESZ n’est plus un enfant de chœur ? Oui, tout à fait. L’Espérance du Sud a énormément progressé depuis sa victoire en Coupe de Tunisie. Elle voudrait, de plus prouver quelque chose devant l’un des «grands» du championnat en comptant essentiellement sur un excellent était d’esprit. Nous irons chercher la victoire là-bas. Nous n’avons pas le choix même s’il faut garder à l’esprit notre défaite à Zarzis la saison dernière et en tirer les leçons. Recueillis par S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com