Législatives israéliennes : Les cartes redistribuées





Al-Qods occupée-Agences La carte politique d'Israël est pratiquement redessinée à quatre mois des élections législatives après le ralliement de l'ex-dirigeant travailliste Shimon Peres à Ariel Sharon dont le parti Kadima creuse l'écart dans tous les sondages. En faisant cause commune, les deux vétérans de la scène politique israélienne ont complètement bouleversé la donne: près de 160 ans à eux deux, ils relèguent de facto leurs jeunes rivaux dans une position de "challengers". A 77 ans, Sharon a quitté le Likoud (droite), qu'il avait créé 32 ans auparavant, pour former du jour au lendemain Kadima (En avant). Ce parti d'un seul homme est délibérément centriste. Peres, 82 ans, dont près de 60 d'appartenance au parti travailliste, a démissionné mercredi de cette formation pour rejoindre Sharon. Et pour cause: ce dernier accepte la création d'un Etat palestinien et se dit prêt à des concessions territoriales pour conclure "dès 2006" un règlement de paix avec les Palestiniens. Il se flatte d'avoir réalisé en septembre le retrait de la Bande de Gaza et rétabli la sécurité après plus de cinq ans d'Intifadha. Grâce à sa révolution, surnommée le "Big bang", Sharon se détache nettement dans la course au pouvoir. Selon un sondage publié vendredi, il était crédité de 37 mandats de députés, loin devant le parti travailliste de Amir Peretz (26), le parti religieux orthodoxe séfarade Shass (10) et le Likoud (9). En passant sous la barre des dix élus, ce dernier enregistrerait son score le plus bas depuis les législatives de 1950 à l'issue desquelles son ancêtre, le Hérout, avait obtenu huit mandats à la Knesset. Le Likoud doit encore choisir son chef lors de primaires le 19 décembre, et le vainqueur pressenti serait l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, 57 ans. A moins d'un retournement spectaculaire des tendances, sa formation devrait de facto se retrouver marginalisée dans son rôle historique de défense intransigeante d'Eretz Israël, aux frontières bibliques. Les sondages montrent par ailleurs unanimement que Kadima s'est encore renforcé depuis qu'il a reçu l'appui public mercredi de Shimon Peres, infatigable champion du processus de paix.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com