Ingérence US : Une situation connue de toute la presse en Irak





Le Quotidien-Agences Des journalistes irakiens ont confirmé les informations publiées par la presse américaine sur une ingérence de l'armée américaine dans les médias locaux. "Les soldats américains nous demandaient de venir avec eux visiter des projets de reconstruction ou des opérations de distribution d'aide humanitaire", a raconté, sous le couvert de l'anonymat, une journaliste irakienne travaillant dans un quotidien. "Puis il nous demandaient d'écrire des articles positifs, en contrepartie d'une petite somme qui ne dépassait pas les 50 dollars", a-t-elle ajouté. Elle a travaillé trois mois au Club de la presse de Bagdad, une organisation créée par des officiers américains il y a plus d'un an et incriminée par des journaux américains dans cette affaire. "Ils nous payaient aussi pour publier des articles qu'ils nous donnaient. Si l'article était accompagné d'une photo, la somme était un peu plus importante", a précisé la journaliste. Elle a ajouté que la direction de son journal n'était pas informée de sa collaboration avec les autorités américaines. "Je n'avais reçu aucune instruction à ce sujet", a-t-elle dit. "Au bout de trois mois, je suis partie. Toute cette affaire était ridicule et contraire à la déontologie des journalistes", a-t-elle conclu. Selon le quotidien Los Angeles Times, l'armée américaine rémunère secrètement des journaux irakiens pour qu'ils publient des articles rédigés par des soldats américains et ensuite traduits en arabe. Ces articles, présentés comme étant rédigés par des journalistes indépendants, vantent le travail des Américains et des Irakiens dans la reconstruction de l'Irak et dénoncent les actions des insurgés. Jeudi, le groupe de médias américain Knight-Ridder a ajouté que l'armée américaine avait payé des journalistes irakiens jusqu'à 200 dollars par mois pour écrire des histoires favorables à la coalition. Les paiements auraient été faits à des membres du Club de la presse de Bagdad. Selon les indications recueillies auprès de plusieurs journalistes irakiens, cette situation était connue de toute la presse et concernait plusieurs journaux. "C'est un scandale que les Américains aient recours à de tels stratagèmes, totalement contraires aux principes de ce métier et qui trompent l'opinion publique", a affirmé le journaliste irakien indépendant Ahmad Sabri, analyste pour des chaînes de télévision arabes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com