E.S.T. – J.S. (1-0) : Difficile mais mérité





Face à une forte opposition de la part de Jendouba Sport, l’Espérance a dû suer avant d’assurer une victoire importante et amplement méritée. Cette même victoire aurait pu être plus large au vu des occasions de buts crées en seconde période notamment après le but inscrit par Letifi sur penalty. C’est que lors de la période initiale, le club sang et or a éprouvé les pires difficultés pour asseoir son jeu en l’absence de Frank Olivier, suspendu. L’entre-jeu était à court de solutions et les deux avants Dos Santos et Letifi étaient souvent contraints de reculer d’un cran pour progresser avec la balle. Et comme en face il y avait un adversaire bien disposé sur le terrain, hautement motivé et décidé à réussir sa sortie, la tâche des Sang et Or est devenue bien délicate. Mais lors des vingt dernières minutes quand Ben Yahia incorpora Guebsi, un attaquant, à la place de Bekri, le jeu est devenu plus fluide et davantage efficace. Les avants ont alors raté au moins deux autres buts tout faits qui auraient pu donner plus d’éclat à la victoire de l’Espérance qui a fait preuve de beaucoup de patience et de volonté. Et quand on voit avec quelle détermination a évolué l’équipe de Jendouba, soutenue par une imposante galerie, on ne peut que saluer la prestation des camarades de Badra qui ont dû puiser aux fins fonds de leurs ressources pour avoir gain de cause. D’ailleurs, le coach Khaled Ben Yahia n’a pas manqué de mettre en exergue, lors de sa déclaration d’après-match ces deux aspects : «Après avoir supervisé JS face au CSS j’ai su qu’une rencontre difficile nous attendait et les événements m’ont donné raison. Jendouba Sport a été très difficile à manier notamment sur le plan tactique. Cela dit notre victoire ne souffre d’aucune contestation et elle aurait pu être plus large au vu du nombre d’occasions créées et ratées. Mais ce qui m’intéresse le plus c’est le progrès constaté au niveau de la qualité du jeu. Quant au jeune Saber Khlifa, aligné pour la première fois, il a un bel avenir devant lui». * JS : C’est du solide Dans l’autre camp, c’était bien la déception car l’équipe a livré un très bon match sur les plans tactique et physique. Disposée en 4-5-1, la formation de Chargui a posé mille et un problèmes à l’entre-jeu sang et or qui n’a dû son salut que dans le jeu sur les flancs. Les N’daye, Ayari, Ben Othman et Simon ont livré une très belle prestation et ne constituent plus une surprise dans la Ligue 1. Jendouba Sport est un club qui impose le respect et qui n’a rien à envier aux meilleurs. Dimanche, il ne lui a manqué qu’un peu plus d’audace et de confiance en phase de conclusion pour pouvoir tromper la vigilance du chevronné Badra. Bien sûr, en subissant régulièrement l’ascendant de l’adversaire, la défense ne pouvait tenir le coup éternellement. Elle a fini par céder à la (60’) sur une tête de Mahjoubi mais l’arbitre Yusr Saâdallah auteur d’une prestation catastrophique en tous points de vue, a annulé le but, pourtant la balle a dépassé la ligne d’au moins un mètre !!! Ce referee qui n’est pas à sa première bourde (se rappeler sa sortie à Bizerte entre le club local et le leader actuel) a réussi a énerver les protagonistes et l’assistance en sifflant à tort et à travers et en permettant le jeu dur. Et quand une minute plus tard Zitouni s’avoua vaincu sur le penalty de Letifi, les gars de Chargui ont cédé beaucoup d’espaces à leurs vis-à-vis pour se jeter en attaque vainement. En tout cas, les visiteurs n’avaient pas à rougir de cette défaite. Ils ont perdu trois points mais ont gagné la sympathie de tous et à ce rythme-là, ils auront d’autres occasions pour se racheter : «Je ne peux que remercier mes joueurs qui ont livré une bonne prestation face à l’Espérance à El Menzah. D’ailleurs plusieurs éléments foulent le gazon de ce stade pour la première fois. Sur le plan tactique, ils ont été irréprochables et ont fini par céder enfin de match pour ne pas trouver les ressources nécessaires pour revenir dans le match car ils ont joué leur quatrième rencontre en dix jours ; un rythme fou auquel il ne sont guère habitués», devait nous déclarer après le coup de sifflet final du triste arbitre Saâdallah le coach jendoubien Moncef Chargui. Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com