Energie : Vers l’intégration du marché maghrébin de l’électricité





Le 6 décembre 2005 la Commission européenne, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc ont signé à Alger la convention de financement du projet «Intégration du marché maghrébin de l’électricité». Ce projet régional MEDA vise à soutenir l’harmonisation des normes, ainsi que de la structure industrielle des pays bénéficiaires en vue de pouvoir les intégrer au marché européen de l’énergie. La contribution de l’Union européenne est de 5,6 millions d’euros, alors que le coût total est de 6,2 millions d’euros. Le projet aura une durée de mise en œuvre opérationnelle de 3 ans et s’inscrit dans les objectifs du Partenariat Euro-Méditerranéen dans le secteur de l’énergie développé dans le cadre du Processus de Barcelone et du Forum Euro-Méditerranéen de l’Energie, créé en 1997. La Commissaire chargée des relations extérieures et de la politique européenne de voisinage, Mme B. Ferrero-Waldner, et le Commissaire Piebalgs, responsable pour le secteur de l’énergie, ont affirmé que ce projet revêt une importante particulière dans la perspective de l’intégration économique progressive entre les pays de la rive sud de la Méditerranée, qui est l’un des objectifs principaux du partenariat Euro-Méditerranéen. Ce projet se concentre sur la couverture des besoins en assistance technique, nécessaire pour réaliser les objectifs du Protocole d’accord pour l’intégration progressive des marchés d’électricité de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie dans le marché intérieur de l’électricité de l’Union Européenne, signé le 2 décembre 2003 à Rome. * Un projet en 9 points Selon la Délégation de la Commission européenne en Tunisie, le projet devrait suivre un processus en neuf points qui s’intéresse aussi bien à la formation qu’aux normes en passant par l’appui et l’organisation : - Réalisation d’un programme de formation pour tous les acteurs concernés du marché de l’électricité dans les pays bénéficiaires, en vue d’assurer une harmonisation avec le cadre législatif, réglementaire et pratique en vigueur au sein de l’UE. - Détermination de la structure organisationnelle du marché de l’électricité des pays bénéficiaires. - Elaboration de “Grid Codes”, pour chaque pays bénéficiaire et de règles de gestion des interconnexions, suivie de l’identification des obstacles éventuels à l’interopérabilité des réseaux; audit des méthodologies de prévision de la demande électrique et élaboration de cahiers relatifs à chacune des activité de production, transport, distribution et fourniture d’électricité. - Organisation et facilitation de réunions des instances créées par le Protocole d’Accord et des réunions du Groupe d’experts. - Harmonisation des normes de standards et de sécurité appliquées par l’industrie électrique dans les pays bénéficiaires avec ceux qui sont d’application dans l’UE. - Appui à l'avancement des travaux de la seconde phase du présent projet en vue de l’intégration des marchés concernés au marché intérieur d’électricité de l’UE. - Identification d’éventuelles barrières au commerce entre les pays bénéficiaires et entre ces pays et les Etats membres de l’Union, et recherche de solutions. - Elaboration de facilités de diffusion des formations entreprises. - Appui pratique aux présidences tournantes des pays bénéficiaires (cf. Protocole d’Accord).


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com