Activité privée complémentaire : Les médecins libéraux font appel au médiateur administratif





Le Syndicat des Médecins de Libre Pratique de Tunisie (SMLPT) se mobilise contre l’activité privée complémentaire (APC) qui enregistre de graves dépassements. Tunis-Le Quotidien Le Bureau exécutif du Syndicat a fait appel, hier, au médiateur administratif pour attirer son attention sur les retombées négatives de cet exercice «hybride» sur les médecins libéraux. «Nous avons expliqué à Mme Alifa Farouk les différents dépassements enregistrés en matière d’APC et constituant une forme de concurrence déloyale aux médecins libéraux ayant pignon sur rue», soutient Dr Rabeh Chaïbi, secrétaire général du Syndicat. Le Conseil de l’Ordre des médecins et le SMLT seraient en possession de plusieurs centaines de dossiers prouvant des dépassements graves commis par des médecins autorisés à exercer l’activité privée complémentaire. Celle-ci permet aux professeurs agrégés relevant du secteur public d’exercer dans les cabinets et les cliniques privés selon un quota hebdomadaire bien déterminé. Le syndicat des médecins libéraux s’est réuni également hier avec des responsables du ministère de la Santé publique chargés de ce dossier épineux. «Nous avons réclamé la révision des textes réglementaires régissant l’APC pour mettre fin aux différents types de dépassements enregistrés», affirme Dr Chaïbi. L’activité privée complémentaire a été sévèrement critiquée par les médecins libéraux au cours du congrès de leur syndicat tenu le 25 septembre dernier. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com