Entreprise et e-commerce : Etre connectée ou… ne pas être !





Une Journée de sensibilisation a été organisée, hier, par le CEPEX et Tunicode à l’adresse des entreprises exportatrices, avec un dilemme à la clef: impossible de survivre sans TIC. Tunis - Le Quotidien L’intégration au sein d’une «économie de réseaux» développée, apparaît de plus en plus comme l’un des impératifs les plus importants pour l’entreprise tunisienne. Celle-ci doit profiter de la généralisation des technologies de l’information et de la communication pour améliorer sa compétitivité face à une concurrence de plus en plus rude. La société tunisienne de codification (Tunicode) a organisé hier, en collaboration avec le Centre de promotion des exportations (CEPEX), une journée d’information ayant pour thème: la codification et le commerce électronique pour une meilleure intégration dans les circuits de distribution internationaux. Cette journée a été une occasion pour les participants de se familiariser avec les nouvelles technologies en matière de logistique, de traçabilité et de commerce électronique dans les PME, en s’inspirant des expériences étrangères notamment européennes, qui ont été présentées. En effet, l’évolution rapide des types de demande et des attentes en matière des services, ainsi que l’apparition de nouveaux canaux de distribution ont accru l’importance des TIC dans le processus des affaires. Actuellement, les performances d’une entreprise reposent sur ses capacités à échanger des informations, à les intégrer et à les exploiter avant de prendre des décisions. Le commerce électronique inter-entreprises répond à ce besoin en apportant plus de rapidité, de fluidité et de traçabilité à l’entreprise, en particulier celle exportatrice. C’est ainsi que M. Ali Slama, président de la Fédération des exportations, a insisté sur l’apport des TIC pour les entreprises exportatrices, notamment en ce qui concerne la réduction des coûts, et la rapidité d’échange de l’information. «Dans l’économie moderne, le recours à la toile devient de plus en plus important, puisqu’il permet de réaliser des gains de volume et de temps, aussi bien au niveau des échanges inter-entreprises qu’au niveau de la logistique», a-t-il souligné. L’expérience tunisienne dans le domaine du e-commerce remonte, en effet, à une dizaine d’années et a été renforcée depuis quelques années par l’institution de deux moyens de paiement électronique, en l’occurrence, le «e-dinar» et la carte bancaire, ainsi que le développement du nombre des sites Web tunisiens qui a atteint à fin 2004, près de 1600 sites. En dépit de ces données, cette expérience n’a pas pu réellement décoller puisque le volume des opérations commerciales et des échanges réalisées sur la Toile restent encore peu satisfaisants. Des mesures supplémentaires ont été adoptées pour permettre l’intégration rapide des entreprises tunisiennes dans l’économie de réseau qui connaît une adoption tous azimuts chez leurs clients potentiels, à savoir ceux du marché européen. Dans ce contexte, les entreprises tunisiennes sont appelées à se mettre au diapason avec les modes de gestion de leurs partenaires européens, notamment en matière d’échange électronique des factures qui sont parmi les documents les plus importants dans les relations économiques. M.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com