Rencontres internationales de la Marionnette : Au fil de l’imaginaire





Expression populaire par excellence, l’art de la Marionnette a désormais son festival décentralisé. Souvent considéré comme un art mineur ou du moins un art pour enfants, puisqu’il s’adresse souvent aux jeunes, l’art de la marionnette n’en serait pas moins une expression artistique majeure qui a ses règles de représentation. Dans notre monde arabo-musulman où le théâtre n’a vu vraiment le jour qu’à la fin du 19ème siècle, la marionnette, comme le théâtre d’ombre, ou le «Karakouz» de nos ancêtres a longtemps constitué, avec les prouesses du «fdaoui» (conteur populaire), des formes de représentation populaires. Malgré le développement spectaculaire de nouvelles expressions artistiques, et dramatiques, comme le théâtre à l’italienne, le ballet-théâtre, l’opérette et le théâtre musical, l’art de la marionnette a résisté à l’épreuve du temps. Il a su aussi, grâce aux apports conjugués de plusieurs générations de marionnettistes, tirer profit des progrès techniques enregistrés par les arts de la scène (masque, scénographie, éclairage...) En Tunisie, où plusieurs troupes, à Tunis, Sfax et le Kef, ont su assurer la continuité et le développement de l’art de la marionnette, un festival a été créé en 2003, pour permettre aux créateurs locaux dans ce domaine de confronter leurs expériences avec celles de leurs homologues à l’étranger. Les troisièmes rencontres internationales de la Marionnette se tiendront du 8 au 18 décembre dans quatre villes différentes : Tunis, le Kram, Sfax et le Kef. Cette manifestation organisée par l’ambassade des Pays-Bas, l’Institut Cervantès, l’Institut français de coopération, l’Istituto italiano di Cultura et le Goethe-Institut, avec le concours du ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, du Centre des Arts dramatiques et scéniques de Sfax, du Centre national de la Marionnette et de la Maison de la Culture Mustapha Agha du Kram-Est, présentera neuf spectacles produits par des troupes d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie, des Pays-Bas, de France (deux) et bien sûr de Tunisie (trois). Outre les représentations (vingt-trois au total), le programme prévoit des stages de formation à l’intention de jeunes marionnettistes tunisiens dans les quatre villes qui accueillent le festival, des stages animés par des artistes hollandais, italien et allemand ainsi qu’une table ronde sur «Les Arts de la Marionnette, aujourd’hui et demain», avec la participation des spécialistes présents, Lassaâd Ben Abdallah, Saber Hami, Mohamed Mediouni, Lucile Bodson, Guadelupe Gutierrez Fernandez, Pedro Antonio Lopez, Charlotte Ruyk-Jollen. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com