Enquête sur l’assassinat de Hariri : Damas réclame des poursuites contre les faux témoins





New York-Agences La Syrie a réclamé avant-hier à l'Onu que le Liban traduise en justice les témoins ayant cherché à tromper les enquêteurs de l'Onu chargés de faire la lumière sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. La semaine dernière la télévision officielle syrienne avait diffusé une interview d'un témoin syrien Hussam Taher Hussam, qui avait affirmé avoir été contraint de faire un témoignage "entièrement faux", impliquant à tort son pays dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, devant la commission onusienne présidée par le procureur allemand Detlev Mehlis. "Certains essaient de tromper, et de faire de la désinformation auprès de la commission et nous espérons que ceci sera pris en compte dans le prochain rapport" que Mehlis doit remettre d'ici le 15 décembre, en conformité avec une résolution du Conseil de sécurité a déclaré l'ambassadeur syrien à l'Onu Faycal Mekdad. "Nous avons demandé (que) la commission et les autorités libanaises traduisent en justice ceux qui essayaient de tromper et de désinformer les enquêteurs" a-t-il poursuivi. Il a insisté sur le fait que son pays coopérait pleinement avec l'Onu, en évoquant les interrogatoires de cinq officiers syriens à Vienne par les enquêteurs de l'Onu. Ces auditions à huis clos ont pris fin avant-hier selon une source diplomatique syrienne. Mekdad a indiqué qu'il appartenait au Conseil de sécurité de l'ONU de se prononcer sur la demande du Liban de prolonger de six mois l'enquête de l'Onu, ajoutant que le souci principal de Damas était de voir une enquête "crédible" sur le meurtre de Hariri en février passé.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com