Banque du Sud : A nouvelle ère, nouvelle stratégie





S’inscrivant dans une perspective de croissance des activités sur tous les marchés, le nouveau projet de développement de la Banque du Sud vise à la positionner comme un acteur essentiel du secteur bancaire tunisien. Tunis - Le Quotidien Quelques jours après l’entrée du consortium hispano-marocain dans son capital, la Banque du Sud est sur le point d’adopter une nouvelle stratégie de développement fixant les orientations et les objectifs de la nouvelle ère. Cette nouvelle stratégie repose sur certains axes de développement qui seront conduits parallèlement à la mise en œuvre des actions nécessaires au redressement de la Banque afin qu’elle puisse renouer avec une bonne assise financière et retrouver des fondamentaux solides. * L’entreprise en première ligne Les nouvelles orientations prévoient le déploiement d’une approche dynamique du marché de l’entreprise en vue de renforcer la position de la Banque sur tous les segments de la clientèle. Dans cet esprit, une gamme complète et diversifiée de produits bancaires et financières destinée à cette clientèle, sera développée en veillant à introduire des services à la pointe de l’innovation, en l’occurrence la gestion des flux, cash management, e-banking... La promotion du développement des flux entre la Tunisie et le Maroc d’une part, et l’Espagne d’autre part, en tirant profit des synergies avec Attijar Wafa Bank et Grupo Santander en termes de réseaux et aussi d’expertises métiers, constituera un axe de croissance privilégié en vue d’affirmer la présence de la banque sur le créneau des opérations internationales. La nouvelle stratégie de la BS prévoit, également, plus de concentration sur le PME/PMI en s’appuyant sur des structures dédiées, à même de conseiller et d’accompagner cette clientèle dans ses besoins spécifiques. Par ailleurs, une politique de proximité en direction des clients particuliers et professionnels sera mise en œuvre à travers un réseau d’urgences élargi et une offre produits enrichie et innovante. Les nouvelles orientations englobent, entre autres, le renforcement des activités de banque d’investissement en capitalisant sur les acquis de la Banque du Sud et en s’inspirant de l’expertise confirmée du consortium hispano-marocain dans tout le corporate finance, la gestion d’actifs, l’intermédiation et les activités de marché de capitaux. Le projet de développement de la Banque s’accompagnera de la mise en place d’une organisation plaçant le client au centre des priorités dans une optique de cross-selling et visant à assurer un service conforme aux meilleurs standards, grâce à une technologie à la pointe de l’innovation. Au plan des ressources humaines, l’approche privilégiera une gestion dynamique centrée sur la valorisation de compétences à travers une politique de formation et gestion des carrières adaptée à la nouvelle vision de la Banque. A propos, le consortium s’est engagé, en un premier temps, de ne pas réduire l’effectif de la Banque pendant un délai minimum de trois ans, à l’exception des cas de démission ou de licenciement pour faute grave. En outre, l’institution de trois organes de contrôle et de gestion, issus du Conseil d’administration, est prévue dans l’objectif d’une bonne gouvernance de la banque. Il s’agit, en effet, d’un comité d’audit principalement chargé d’analyser les comptes d’examiner le programme d’intervention des commissaires aux comptes, et d’assurer l’efficacité du contrôle des risques et services d’audit interne et externe, un comité de rémunérations des dirigeants de la Banque, ainsi qu’un comité de recouvrement ayant pour mission le suivi et le recouvrement des créances difficiles. D’autres comités spécialisés dans les différents domaines consacreront la collégialité de la prise de décision en tant que principe de gestion au niveau de la Banque. Le projet de développement compte améliorer la qualité de l’information fournie aux actionnaires et aux clients. Ainsi, des supports spécifiques à ces actionnaires seront édités régulièrement. Il y a lieu de rappeler que le consortium hispano-marocain est devenu majoritaire dans le capital de la Banque du Sud, à hauteur de 53,54% par le biais d’une société commune dénommée “Andalu Maghreb S.A.” Cette détention est le résultat d’une acquisition en bourse de 400 000 actions de la BS, vers la fin du mois dernier. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com