C.A. : Selliti a choisi la voie de l’affrontement





Mohamed Selliti a-t-il définitivement choisi la voie de la rébellion et le chemin de l’affrontement? Depuis son retour de Turquie, où il n’a apparemment pas réussi à décrocher un contrat, il a été écarté de l’effectif ayant refusé les règles édictées par ses employeurs. Ces règles consistent en une comparution devant le conseil de discipline afin de s’engager définitivement à se soumettre à la règle du groupe et de l’esprit collectif, à respecter les horaires des entraînements, à donner un rendement digne du joueur Selliti. Il reste d’ici la trêve de la Coupe d’Afrique des nations quatre matches à livrer en trois semaines et les responsables clubistes s’engagent en contrepartie à aider Selliti à trouver le meilleur parti possible au mercato d’hiver si, bien entendu, une offre parvient à l’association de Bab Jedid. En un mot, le C.A demandait à Selliti tout simplement de se montrer sérieux contre sa libération au marché hivernal des transferts (à partir du 15 décembre). L’ancien attaquant de l’O. Béja et du Stade Tunisien a refusé ce new-deal, un modus-vivendi qui lui aurait pourtant assuré d’aller voir ailleurs, comme il en a souvent exprimé le vœu depuis le début de la saison, sans que son club actuel ne soit obligé de faire valoir ses droits sur un contrat dont l’avenant homologué à la FTF stipule que l’expiration est fixée au 30 juin 2006. D’ailleurs, l’article 22 des règlements de la FTF annonce que “la date d’expiration de tout contrat est fixée obligatoirement au 30 juin de la dernière saison du contrat et ceci quelle que soit la date de signature”. En tout cas, Selliti ne gagne guère au change puisque le litige juridique qu’il risque d’être obligé d’engager n’est pas gagné d’avance. Loin s’en faut. Il a choisi une voie sans issue et se met volontairement en marge de la discipline que tout club, professionnel ou pas, est en droit de chercher à imposer. Le gars ne s’entraîne pas et s’enferme un peu dans sa coquille. Un vrai gâchis! S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com