Jean-Jacques Tizié : «Ma cohabitation avec Kasraoui c’est l’affaire de l’entraîneur»





Avec son amabilité et sa disponibilité coutumières, Jean-Jacques Tizié a bien voulu nous entretenir de son dernier repos forcé du derby de demain face au S.T, de la cohabitation avec Kasraoui et bien sûr des ambitions de l’E.S.T. * Comment avez-vous vécu d’abord toute cette période loin des terrains et de la compétition? Je dois avouer que c’était très dur. J’étais comme cet acteur de théâtre qui se trouve loin des planches, son milieu naturel. Mais j’ai dû accepter cette situation et prendre la chose avec philosophie car les blessures font partie intégrante du football. * Peut-on affirmer aujourd’hui que vous êtes opérationnel à cent pour cent après avoir pris part au match de Coupe face à l’AS.M mercredi dernier? Physiquement, je suis au point. Reste le recouvrement de mes sensations techniques et cela viendra avec les matches. * Mais apparemment vous devez composer avec Hamdi Kasraoui qui est là et bien là? Certains parlent d’alternance devant la cage entre Kasraoui et moi, alors que rien n’est officiel à ce sujet. C’est l’entraîneur seul qui décide qui est apte à jouer. Bien sûr Ben Yahia, qui est un ancien joueur et qui maîtrise bien son sujet se trouve certainement dans l’embarras. Dans une situation pareille c’est bien difficile de trancher mais je crois que c’est l’intérêt de l’Espérance qui prime et le coach sait mieux que quiconque ce qu’il faut faire le jour du match. * Dimanche, l’Espérance retrouve le Stade Tunisien dans un derby qui s’annonce indécis. Comment se présente pour vous ce match? Le Stade Tunisien est un club impressionnant. Il se réveille quand on s’y attend le moins et face à l’Espérance, il est souvent super-motivé. Aujourd'hui, malgré la jeunesse de son effectif, il est capable du meilleur. A nous de savoir gérer ce match et tempérer son ardeur. * On ne cesse de rejeter ces derniers temps que l’Espérance assure juste l’essentiel et manque de panache. Un commentaire personnel? Il ne faut pas oublier que l’équipe a été renouvelée à quatre-vingt-dix pour cent. C’est déjà bien si on arrive à gérer convenablement les difficultés pour sortir vainqueurs le plus souvent. Pour la manière, il faudra encore un peu de temps. Pour l’heure, il faut se contenter du juste milieu. * L’Espérance actuelle a-t-elle selon vous les moyens de remporter le titre? Sincèrement, j’estime qu’il est encore tôt pour parler de titre. L’essentiel c’est qu’on est en haut de la hiérarchie et qu’on continue sur cette même voie. Le chemin de la gloire est encore long et semé d’embûches. Il faut continuer à croire en sa bonne étoile et cravacher dur. Chaque club est menacé par le faux pas. On a gâché des points à Zarzis et à Gafsa et on est appelé maintenant à faire le plein lors des prochaines journées. * Quand vous ne jouez pas régulièrement, comment continuez-vous à garder la même motivation? Il suffit de me rappeler que cette saison il y a beaucoup de challenges exaltants pour me motiver. Outre les titres qu’on vise avec l’Espérance, il y aura une CAN et une Coupe du monde à disputer cette saison. C’est bien suffisant pour donner de la motivation à n’importe quel joueur. J’ai donc une grande envie de réussir ces rendez-vous. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com