Irak : Six GI’s et plusieurs soldats irakiens tués





• Fin de l’ultimatum pour les quatre otages occidentaux Six GI’s et plusieurs soldats irakiens ont été tués hier en Irak au moment où les craintes pour les otages se font plus pressantes notamment après la fin de l’ultimatum hier. Le Quotidien-Agences Quatre soldats américains ont été tués hier dans deux attaques à Bagdad et au Sud de la capitale, a indiqué un porte-parole de l’armée américaine. Deux soldats ont été tués par des tirs de petit calibre dans la région de Youssoufiyah», à une vingtaine de kilomètres au Sud de Bagdad, selon un communiqué militaire. Un autre communiqué a fait état d'un soldat tué dans les mêmes circonstances dans le Nord-Ouest de Bagdad. Un porte-parole de l’armée américaine à Bagdad a en outre annoncé le décès d’un soldat dans l’explosion d’une bombe artisanale à Aazamiyah dans la capitale. Par ailleurs, un soldat américain a été tué et onze autres blessés dans une attaque suicide à la voiture piégée perpétrée avant-hier à Abou Gharib, dans la banlieue ouest de Bagdad, a annoncé l’armée américaine hier. Un civil irakien a également été blessé dans l’explosion, ajoute l’armée américaine. Dans un autre communiqué l’armée américaine a indiqué qu’un deuxième soldat est mort hier suite à une crise cardiaque après l’attaque de son convoi dans le Nord de Bagdad. Sur le front de la violence, plusieurs soldats irakiens ont été tués et 18 autres personnes ont été blessées hier dans différentes attaques à Bagdad et au Nord de la capitale, selon des sources de sécurité. L’attaque la plus importante a été lancée sur l’autoroute au Nord de Bagdad, où un engin artisanal a explosé au passage d’un convoi de l’armée irakienne, tuant plusieurs soldats et blessant neuf personnes, ont indiqué ces sources. Toujours sur le terrain, l’ex-gouverneur de la ville sainte chiîte de Najaf, dans le centre de l’Irak, et candidat aux élections législatives du 15 décembre, a échappé hier à une attaque à la bombe qui a blessé trois de ses gardes, a indiqué un responsable local. Enfin, un Egyptien travaillant pour les forces américaines en Irak, enlevé vendredi par des inconnus à Tikrit, au Nord de Bagdad, a été retrouvé tué hier, selon le Centre de coordination américano-irakienne. Le corps de Mohammad Ibrahim Al-Hilali, 46 ans, portant plusieurs impacts de balles, a été retrouvé jeté en bord de route au Nord de Tikrit, selon cette source. * Fin de l’ultimatum Sur un autre plan, l’ultimatum lancé par les ravisseurs de quatre humanitaires occidentaux, qui menacent de les tuer si tous les détenus en Irak ne sont pas libérés, expirait hier, alors que les appels à leur libération se sont multipliés. Le groupe jusque-là inconnu, les "Brigades des Epées du droit", a kidnappé le 26 novembre à Bagdad le Britannique Norman Kember, 74 ans, les deux Canadiens James Loney, 41 ans, et Harmeet Singh Sooden, 32 ans, et l'Américain, Tom Fox, 54 ans. Il a menacé de tuer ses otages si les détenus dans les prisons irakiennes et américaines n'étaient pas libérés avant le 8 décembre, avant de prolonger cet ultimatum à la date d’hier, selon la chaîne de télévision Al-Jazira du Qatar. Un émissaire canadien, Ehab Lotayef, venu à Bagdad, a indiqué qu'aucun contact n'avait pu être établi avec les ravisseurs. Cependant, l'émissaire des organisations antiguerre britanniques qui s'est rendu en Irak, Anas Altikriti, s'est dit plus optimiste sur le sort de Kember. L'ONG pour laquelle travaillent les otages, Christian Peacemaker Teams (CPT), a affirmé dans un communiqué qu'elle ne condamnait pas les ravisseurs mais appelait à leur sens de l'humanité. "Bien que nous estimons que cet acte est erroné, nous ne vous condamnons pas en tant que personnes qui veulent probablement soulever le problème de la détention illégale (...) Nous travaillons pour les opprimés et nous condamnons nos gouvernements pour leurs agissements en Irak", affirme le texte.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com