Israël : La percée foudroyante de Sharon suscite des inquiétudes





Le Quotidien-Agences De larges franges de la classe politique en Israël s'inquiétaient hier des risques que le raz-de-marée électoral pressenti pour le parti d'Ariel Sharon fait peser sur le fonctionnement de la démocratie. Ce nouveau parti centriste, Kadima (En avant), créé le 21 novembre, a littéralement bouleversé la carte politique en réussissant à attirer les chefs de file des principales formations rivales en vue des législatives du 28 mars. Sharon a notamment obtenu les ralliements spectaculaires de Shimon Peres, un dirigeant historique du parti travailliste, du professeur Ouriel Reichman, un des fondateurs du Shinouï (centre laïc), et de Tsahi Hanegbi, le président du Comité central du Likoud (droite), son ancienne formation. Le ministre de la Défense, Shaoul Mofaz, a provoqué un nouveau coup de théâtre dimanche en ralliant à son tour Kadima, après avoir juré fidélité au Likoud deux jours auparavant. Un sondage publié hier créditait Kadima de 41 sièges de députés sur un total de 120 au parlement, contre 21 au parti travailliste, et 11 au Likoud. Le Shass (orthodoxe séfarade) obtiendrait 10 mandats, et le Shinouï (centre laïc) s'effondrerait avec 4 sièges contre 15 actuellement, tandis que les autres partis se maintiendraient plus ou moins avec 4 ou 5 élus.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com