Elle se refuge chez son… violeur





Le vent soufflait très fort. Les moins lotis risquaient d’être emportés par les rafales. Alors, à la première ruelle, elle a poussé la première porte pour se réfugier à la première maison. A l’intérieur, une «grosse» surprise l’attendait à l’image de cet énergumène dont les mensurations dépassent largement les limites du normal... Tunis — Le Quotidien La peur est le sentiment le plus drôle, le plus risqué et le plus destructeur qui peut s’emparer de l’individu. Car, il est imprévisible et envahissant selon les états d’âme et les situations. Du coup, il devient incontrôlable et très difficile à contourner surtout pour les fébriles, qui au moindre mouvement de panique cèdent à la peur. C’est le cas de cette dame qui s’est trouvée au milieu d’une violente tempête alors qu’elle traversait la Médina de Tunis pour rentrer chez elle. Elle a quitté ce jour là son bureau. Quelques gouttes de pluie arrosaient encore la chaussée. Il n’y avait pas de quoi avoir peur d’un changement brutal, des conditions climatiques. Bien au contraire, le paysage, car il s’agit bel et bien d’un paysage, était si beau qu’il encourageait à faire une petite marche sous la pluie. Personne ne s’attendait à ce que dame nature change d’humeur et se mettre brusquement en colère. Un vent violent secoua la ville suivi d’une pluie torrentielle. Rapidement, les égouts de la ville saturés se sont mis à rejeter les eaux annonçant le début d’une inondation. A ce moment-là, elle était à l’entrée de la Médina. Après avoir traversé la porte de France, elle s’engagea dans une ruelle alors qu’elle était toujours tirée en arrière par les coups de vent qui paralysaient sa progression. Il faut dire que physiquement, elle était si fragile que son corps n’arrivait pas à résister aux coups de vent. D’une minute à l’autre, elle pourrait céder et se laisser emporter et par la pluie et par le vent. Prise de panique, elle poussa la première porte et pénétra à l’intérieur d’une maison pour se réfugier le temps que cette violente tempête passe. Elle emprunta alors un long couloir avant d’échouer dans une pièce où un homme était assis sur un canapé en train de regarder la télévision. Elle le salua et s’excusa d’avoir envahi les lieux sans sa permission. Son corps était tout mouillé et ses vêtements ne servent plus pratiquement à rien, sauf peut-être à l’essorage. C’est ce que l’homme avait remarqué avant de lui jeter un serviette et lui demander d’aller se sécher dans la salle de bain. Après avoir longuement hésité et devant l’insistance de l’homme et surtout avec la tempête qui s’accentuait de plus en plus, elle céda et accepta de se diriger vers la salle de bain. Alors qu’elle enlevait ses vêtements, la porte s’est ouverte et l’homme dans un état d’emportement total se jeta sur elle comme un loup affamé. L’équilibre de force en sa faveur, l’homme très costaud ne mit que peu de temps avant de paralyser les mouvements de sa proie. Après un premier viol, l’homme renouvela son «exploit» mais cette fois-ci en prenant tout son temps. La dame perdant connaissance, ne se rendait absolument plus compte de rien. Il a fallu que son tortionnaire et après avoir achevé son œuvre abominable, la réanime pour qu’elle découvre ce qui lui arrivait. Pis encore, elle fut contrainte de subir un troisième viol avant que l’homme ne la laissa partir tout en la menaçant de mort au cas où elle irait le dénoncer aux autorités. A vrai dire, en quittant les lieux, la victime tomba nez-à-nez avec les agents de la protection civile qui opéraient dans cette zone. Elle leur raconta son drame qui prit fin momentanément, bien sûr avec l’arrestation du violeur. H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com