La Rachidia en concert : Voix d’hier et d’aujourd’hui





Vendredi soir, il n’y avait pas un siège vide dans le patio de Dar Hassine, siège de l’Institut National du Patrimoine, dans la Médina pour le concert mensuel de la troupe musicale de la Rachidia. Un public de fidèles, férus de “Tkatek” (vieilles chansons) et de “âtiq” (antique), a assisté à un programme de chants dédiés à la mémoire de deux pionniers de la troupe et monstres sacrés de la chanson tunisienne au cours de la première moitié du siècle dernier: le musicien et compositeur Khemaïes Tarnène et la chanteuse Saliha. La troupe était dirigée par le maestro Abdelhamid Belâlgia et rehaussée par la présence du jeune chanteur -et déjà cheïkh- Zied Gharsa, digne héritier de son défunt père, Tahar Gharsa, qui fut lui aussi l’un des animateurs historiques de la Rachidia. Autre digne héritière présente, Choubeïla Rached, fille de Saliha, qui a interprété avec un métier consommé deux vieilles chansons du répertoire maternel, “Ya Khammouri” et “Bakhnoug Bent El Mhamid”. Les autres interprètes qui ont défilé sur la scène n’ont pas démérité eux non plus, en interprétant chacun -et chacune- selon sa sensibilité et le timbre de sa voix des vieux tubes écrits par Mahmoud Bourguiba, Abdelmajid Ben Jeddou, Othmane Gharbi, Hédi Dhab et composés par Khemaïes Tarnène, Salah El Mehdi. Comme à l'accoutumée, la troupe a présenté en guise de bouquet final une nouvelle chanson écrite par Ali Ouertani et composée et chantée par Zied Gharsa: “Sabri alalli Rah”. Les paroles reprennent six titres de chansons de Saliha dans une sorte d’hommage à la vie de l’artiste. Parmi les vedettes actuelles de la Troupe, le public a applaudi les chanteurs Meherzia Touil, Sara Nwiwi, Moufida Aïssa, ainsi que le chanteur Samir Zghal et le violoniste Naceur Zghonda qui se sont montrés à la hauteur de leurs prestigieux aînés en interprétant des chansons assez exigeantes avec autant d’application que d’aisance. Il faut dire qu’ils ont bénéficié d’une formation artistique et technique de haut niveau au sein de cette grande école, gardienne du temple de la chanson typiquement de chez nous. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com