L 1 (16ème J.) : ça se resserre…





On s’attendait tout de même à un autre scénario lors de cette seizième journée, car les équipes de tête avaient à accomplir des missions à leur portée. Les «petits» en ont voulu autrement et c’est tant mieux pour la compétition. En fin de compte, ce furent le CSS et l’EOGK qui ont fait la fête, étant les uniques gagnants de la journée. Du côté de Sfax et de la Banlieue Nord, l’espoir renaît, l’un pour conserver le titre et l’autre pour conserver... sa tête parmi l’élite. A El Menzah, l’EST a buté sur un rigoureux CAB qui a appris à bien se défendre. L’Espérance a dominé mais Khaled Ben Yahia n’a pas trouvé de solutions, même pas les balles arrêtées que l’entraîneur espérantiste considère comme l’arme fatale pour les adversaires qui se défendent en masse. Le leader s’est contenté du nul et a montré quelques limites techniques et tactiques alors que le CAB a évolué avec intelligence et n’a pratiquement rien laissé au hasard, se créant même quelques opportunités pour créer l’exploit. Le faux pas du leader n’a été qu’en partie mis à profit par les trois poursuivants. Le Club Africain a même pris la tête du classement jusqu’à la... 94ème minute et le but de ce diable de Jupiter qui a ruiné les espoirs clubistes. Le CSHL a été héroïque puisqu’il a été mené trois fois au score et n’a jamais baissé les mains alors que, côté clubiste, la défense a beaucoup flotté et n’a jamais été aussi vulnérable cette saison. Pour sa part, l’ESS a soufflé le chaud et le froid. La première mi-temps a souri aux Jendoubiens qui ont mené au score et fait vivre aux Etoilés des moments difficiles. La reprise a été mieux négociée par les Sahéliens qui, en fin de compte, n’ont fait leur travail qu’à moitié en parvenant à éviter la défaite et à... manquer un penalty qui aurait pu les ramener aux commandes dans le classement. Certes, il y a eu des absences dans le rang étoilé, mais celles de l’adversaire avaient plus de poids, mais... A Sfax, le CSS n’a pas mis trop de temps pour se mettre à l’abri. Face à une ESZ physiquement cuite, les Sfaxiens ont fait l’essentiel dans un match ouvert et plaisant. Cette large victoire confirme la bonne santé du champion en titre alors que les Zarzissiens n’ont pas à s’inquiéter outre mesure car ils sont capables de réagir. Ainsi, l’EST a pu garder son leadership en attendant l’explication directe, dimanche prochain, contre le CSS à Sfax. * En toute logique Le bas du tableau a également vibré avant-hier. A Kairouan, la JSK a eu l’occasion de montrer à tout le monde ses... limites. L’EOGK, malgré tous ses problèmes, a maîtrisé la situation avec une facilité déconcertante et aurait même aspiré à une plus large victoire. Khmaïes Laâbidi s’en va après cette énième défaite, mais il faut avouer qu’il n’a pas fait grand-chose pour secouer son équipe. L’EOGK, pour sa part, respire et recolle aux autres clubs menacés, dont le ST qui a tout fait à La Marsa sauf marquer des buts. La domination des Bardolais était totale et écrasante, mais la confiance manquait et les joueurs ont cédé à la précipitation face à un ASM dépassé par les événements et qui s’en sort tout de même avec un point. Ce fut presque le même scénario à Gafsa et El Gawafel qui a mené au score jusqu’aux ultimes minutes méritait de l’emporter sans cette main fatale de Tajouri qui a été l’homme du match en marquant le but de son équipe et en offrant l'égalisation à une USM qui a montré, une nouvelle fois, son mérite d’occuper cette confortable cinquième place. Cette journée n’a pas provoqué beaucoup de bouleversements mais elle a apporté son lot de confirmation : la JSK, dans sa version actuelle, ne peut que retourner en Ligue 2 alors que les prétendants au titre vont devoir souffrir jusqu’au bout pour espérer monter sur la plus haute marche de podium. Kamel ZAIEM


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com