C.S.H.L. – C.A. (3 – 3) : Un match à couper le souffle





La rencontre entre Hammam-lifois et Clubistes fut jouée sur un rythme intense du début à la fin. La 1ère minute vit les Clubistes ouvrir le score par Keïta qui trompa le jeune gardien Mejri hésitant et la 90’ permit à Jupiter d’égaliser en réussissant un «hat-treak». Entre-temps, les deux formations se donnèrent à fond pour glaner les trois points de la victoire. Après l’ouverture du score, on sentait que les locaux, qui évoluaient à Radès, en voulaient. Et il ne leur fallut pas plus de cinq minutes pour revenir. Ben Chouikha, le joueur à tout faire des «Verts» tira un coup de franc à la perfection (5’), Jupiter surgit au milieu de la défense et remit les deux équipes à égalité. Cette égalisation enhardit les Banlieusards qui sentirent que la défense clubiste, au sein de laquelle Boumnijel était absent, était prenable. Par deux fois, Slama (12’) et Jupiter (23’) ratèrent de belles opportunités de prendre l’avantage. Un ratage qu’ils regrettèrent amèrement, puisque à la 25’, Keïta, encore lui, au prix d’un beau slalom donna l’avantage aux Clubistes. La rencontre se poursuivit très soutenue de part et d’autre sans pour autant apporter de changement jusqu’aux «citrons». La seconde mi-temps fut tout aussi disputée que la première et aussi passionnante à suivre. Les deux antagonistes étaient tout aussi déterminés l’un que l’autre. Ce furent les Hammam-lifois qui revinrent une 2ème fois au score à la 57’, après un beau mouvement collectif. Naouas au niveau des vingt mètres décrocha un tir qui percuta la transversale. La balle revint vers Ben Chouikha qui trouva la faille. Jupiter prolongea le tir de son camarade vers les filets et égalisa. Une égalisation qui donnera le feu à la partie déjà très chaude. Il était évident que le score n’allait pas en rester là. En effet, à la 73’, le referee Guirat décréta la sanction suprême consécutivement à une charge de la défense locale sur Haj Ali, Zaâlani se chargera d’exécuter le penalty avec réussite. Il ne restait qu’un quart d’heure à jouer lorsque Ben Chouikha bénéficia d’un coup franc qui fut repoussé par une main évidente du mur clubiste. L’arbitre fit mine de rien, mais les Banlieusards réagirent en réclamant un penalty. Résultat: l’arbitre expulsa Brinis probablement pour propos indécents à la 76’. Tout le monde pensa que cette expulsion allait sonner le glas des Hammam-lifois. Ce ne fut pas l’avis des protégés de Habib Mejri qui joua son va-tout, en incorporant deux attaquants. Il vit juste, puisque ses joueurs, malgré leur infériorité numérique pesèrent de tout leur poids sur la défense clubiste qui se dégageait tant bien que mal. Et alors qu’on jouait la 4’ du temps additionnel, un service de Ben Chouikha encore lui, permit à Jupiter, décidément, de survoler la défense clubiste et piquer une tête qui fit mouche au grand bonheur des Hammam-lifois. A l’inverse, la désolation était totale dans le camp clubiste qui se voyait reprendre le leadership de son rival espérantiste. Moncef SEDDIK


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com