Energie : 2005, l’année du grand choc





Pour plusieurs analystes, l’année 2005 a été caractérisée par le troisième choc pétrolier après ceux de 1973 et 1979. En Tunisie, une stratégie nationale a été rapidement adoptée pour réduire l’impact de cette flambée des prix du pétrole sur l’économie nationale. Tunis - Le Quotidien Annoncée depuis l’année 2003, l’augmentation continue des prix du pétrole à l’échelle internationale s’est remarquablement accélérée pour atteindre en 2005 un niveau jamais connu auparavant. Rapportés à ce qu’ils étaient en 2004, les prix de l’or noir sont en hausse de plus de 40%, et de près de 12% par rapport à 2003. En effet, dès le début de l’année courante, les prix du pétrole ont dépassé la barre des 50 dollars le baril. Ces prix se sont spectaculairement envolés pour atteindre leur plus haut niveau au cours du mois d’août, lorsqu’ils sont arrivés à 70 dollars le baril. Cette flambée a été justifiée par l’apparition en 2005 de plusieurs phénomènes économiques, politiques et surtout naturels avec le passage des ouragans Katrina et Rita aux Etats-Unis. Consciente de la gravité de cette situation, la Tunisie a adopté, depuis le début de l’année, une stratégie nationale afin de réduire l’effet de cette montée sur le budget national. Notons que la subvention de l’Etat pour le secteur énergétique est arrivée à 1500 millions de dinars sur l’ensemble de 2005, contre 650 millions de dinars en 2004 et 200 millions de dinars seulement en 2003. S’étalant jusqu’à 2008, la stratégie en question englobe trois principaux axes, à savoir le développement de la production, la promotion des énergies renouvelables et la création du fonds de maîtrise de l’énergie. Dans ce contexte, l’année 2005 a été marquée par l’attribution de 12 nouvelles permissions d’exploitation et de perforation de 8 puits de pétrole, alors que les activités d’exploration ont couvert, jusqu’à maintenant, 80% de la surface du pays. Le plan de développement de la production a réservé une enveloppe d’investissement de 400 millions de dinars en 2005. Ce niveau devrait se maintenir en 2006. La création du fonds de maîtrise de l’énergie permettra en 2006 de renforcer la liaison au réseau du gaz naturel, la promotion de l’efficacité énergétique auprès des industries les plus consommatrices, ainsi que le renforcement de l’utilisation de l’énergie solaire. La stratégie nationale englobe, par ailleurs, l’ajustement des prix des carburants en 2006, selon le même niveau que celui de 2005. A ce propos, on croit savoir qu’une révision des prix des carburants aurait lieu prochainement. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com