Les jeunes et les cours particuliers : Un mal nécessaire…





A priori, tout élève sérieux et assidu n’aura pas besoin d’un cours particulier. Ayant tous ses sens en éveil, pour un élève, les leçons données en classe sont censées assouvir sa soif d’apprendre. Or nombreux sont ceux qui optent pour des cours particuliers. Tunis - Le Quotidien Les uns justifient ce besoin par la démission de certains enseignants. D’autres reconnaissent qu’ils ne peuvent, à eux seuls, assimiler convenablement les cours. Et entre les uns et les autres, il y a ceux qui pensent maximiser leurs chances de réussir avec brio grâce aux cours particuliers.Où en est la vérité? Pourquoi la majorité des élèves recourent-ils, justement, aux cours particuliers? Ce sont les élèves des classes terminales qui optent le plus pour les cours particuliers. Ces leçons données de manière individuelle ou dans un groupe d’élèves très restreint semble leur être beaucoup plus fructueuses dans la mesure où tout est passé au peigne fin. Fatma, candidate au bac lettres, 22 ans, dépense entre 20 et 40 dinars par mois pour un cours particulier. Etant faible en langue française, c’est la matière qui nécessite de la jeune fille un double effort.”Je trouve que les cours particuliers sont d’un très grand apport pour moi. D’abord, j’ai toujours pris des cours chez des enseignants que je ne connais pas parce que je trouve que les bienfaits de ces leçons privées résident justement dans la diversification des sources. Cela dit la majorité des professeurs du lycée veulent donner des cours particuliers à leurs propres élèves et ceux qui s’y refusent ne peuvent pas espérer avoir de très bonnes notes”, dit-elle. Quand Fatma part pour son cours privé, elle se concentre et travaille sérieusement. C’est le même cas de Arwa, 21 ans, candidate au bac lettres. Sauf que la jeune fille choisit toujours les enseignants les plus compétents même s’ils sont ses propres enseignants. “Qu’ils soient mes propres professeurs ou pas, cela m’est égal. L’essentiel pour moi c’est d’avoir un enseignant compétent qui saura me donner un plus. Je crois que les cours en classe ne peuvent pas être assimilés totalement. Durant les leçons particulières, chaque sujet est encadré soigneusement puisque le groupe d’élèves est en nombre limité. Ce n’est pas le cas en classe. Avant j’avais des lacunes en anglais et en français, je me suis bien rattrapée grâce à ces leçons particuliers. A présent, je suis un cours de philosophie. Certes, ces cours sont épuisants et coûtent plutôt chers, mais je pense que c’est nécessaire surtout pour ceux qui veulent décrocher le bac”, dit-elle. Aymen, 19 ans, candidat au bac économie, a toujours eu recours aux cours particuliers économie, gestion et surtout mathématiques, Aymen pense que c’est la seule alternative pour un élève moyen qui a des capacités plus ou moins limitées et qui compte tout de même réussir. “Je voudrais signaler d’abord que le cours particulier ne ressemble pas au cours officiel. Je choisis délibérément un enseignant ayant une grande renommée pour qu’il me soit d’un grand apport. Les professeurs du lycée donnent leurs cours tout en étant limités par le timing et ils doivent composer avec les contraintes du métier: bavardage, stress, manque de concentration... Certains d’entre eux baissent les bras et ne se donnent plus la peine d’expliquer puisqu’ils ne trouvent pas une ouie attentive à tous les coups. Cette démission nous oblige, nous autres élèves, à composer avec nos lacunes! Du coup, lorsque je prends un cours particulier, cela me permet de mieux comprendre la leçon et faire davantage d’exercices. Et je suis traité de manière particulière. Certes, j’aurais aimé épargner à mes parents ces 60 dinars, mais je suis obligé de suivre ces cours puisque je cherche un plus que je ne trouve pas en classe”, dit-il. Ali, 21 ans, candidat au bac lettres, a reçu des cours de maths, d’anglais et récemment des cours de philosophie. Le jeune homme pense que c’est nécessaire pour un futur bachelier. “Je suis contre le fait d’accuser nos professeurs d’être incompétents. Les cours particuliers ne remplacent pas les cours dispensés en classe. Ils sont complémentaires et il faut dire que nous autres, élèves, avons une grande part de responsabilité quand le cours ne se déroule pas comme il se doit. Nos professeurs se donnent du mal à nous transmettre la leçon mais il arrive que nous ne soyons pas concentrés et du coup, l’on perd un maillon de la chaîne et il devient difficile de se rattraper sans avoir recours aux cours supplémentaires. Lors des cours particuliers, je reconnais être beaucoup plus attentif et beaucoup plus concentré. Le professeur nous dit à maintes reprises que ce qu’il dit lors des cours particuliers, il l’avait déjà expliqué en classe et nous le savons bien, mais le message passe mieux et nous assimilons plus rapidement surtout lorsqu’on nous nous mettons dans la tête que le bac approche et que ces cours coûtent les yeux de la tête pour nos parents...”, dit-il. Abir CHEMLI-OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com