C.A – Enppi (0-0) : Le cœur n’y était pas





On a l’impression que le rendement du Club Africain est devenu fort lié à celui de son attaquant malien. Avant-hier face aux Egyptiens d’Ennpi, Traoré a été hors du coup et son équipe s’est trouvée presque à l’arrêt. Pourtant, tout laissait attendre une bonne prestation de la part d’un ensemble clubiste qui a progressé ces derniers temps et a retrouvé un meilleur équilibre, d’autant plus que le moral était au zénith après la victoire remportée devant l’E.S.S. Kamel Chebli, l’entraîneur, a présenté une formation équilibrée et seule la défense lui donnant des soucis en raison de quelques absences, dont celle de Touré le jour même du match. Disposé en 4-4-2 très souple qui permet parfois d’évoluer avec trois attaquants, le dispositif tactique mis en place était bon, mais c’est la manœuvre collective et le rendement individuel de certains joueurs qui ont handicapé l’équipe. * Manque de solutions Les Egyptiens étaient très bien renseignés puisque dès le coup d’envoi, ils ont opté pour une tactique prudente et pour un marquage de zone qui prend en considération la limitation de champ d’action de Draman Traoré, l’homme par qui le danger arrive. Ainsi, le 4-5-1 qu’ils pratiquaient a fini par user un entre-jeu clubiste incapable de créer le danger. Il y a eu très peu d’occasions en première mi-temps, et la domination ne s’est faite sentir que lors de la dernière demi-heure lorsque le C.A a évolué en supériorité numérique. Malgré cet avantage, les joueurs n’ont pas pu se libérer et ils étaient même immobilisés à mesure que le temps passait comme s’ils ressentaient une grosse pression sur les épaules ou comme s’ils évoluaient sans cœur. A vrai dire, l’équipe n’était pas prête pour réaliser une belle performance puisque les trois compartiments ont trop souffert et même si le C.A a contrôlé la majeure partie de la rencontre, il aurait pu connaître un sort encore plus mauvais. Le nul qui a sanctionné les débats n’arrange pas les Clubistes, mais tout reste à faire pour les deux équipes et on imagine mal le C.A fournir une prestation aussi médiocre que celle d’avant-hier. En déplacement, il y aura moins de pression et plus d’espaces, ce qui arrangera davantage les attaquants, mais il va falloir composer avec une formation égyptienne plus tournée vers le jeu offensif, donc plus dangereuse en attaque. Le C.A a encore les moyens de sauver la face, mais il aurait pu aborder le match retour dans de meilleures dispositions si ces joueurs avaient fait preuve de plus de sérieux et de réalisme mercredi dernier. * Des choix limités A l’issue du match, le coach clubiste était déçu du résultat et surtout des circonstances du match. Kamel Chebli déplorait en effet le manque de solutions à cause des blessures: “le match est venu au mauvais moment car plusieurs joueurs sont blessés. Missaoui, Toujani et Rhouma sont indisponibles alors que Sellami et Mkacher ont dû jouer malgré des ennuis physiques qui nécessitaient leur mise au repos. En plus, Touré s’est blessé d’entrée et nous nous sommes vite retrouvés sans solutions de rechange. Pour ce qui est du match, nous avons raté de bonnes opportunités au début du match et ça a redonné plus de confiance à l’adversaire. Ce nul blanc n’altère en rien nos chances car tout reste possible. On n’a pas encaissé de buts, et on peut marquer chez l’adversaire, là où on aura peut-être plus d’espace pour le surprendre. Au match retour, on partira à chances égales”. Kamel ZAIEM ______________________________ Les brassards noirs ont pris tout le monde de court Les supporters rouge et blanc furent surpris avant-hier soir de voir leurs favoris porter des brassards noirs en signe de protestation, lors de la rencontre face à l’ENPPI. Les copains de Boumnijel considèrent toujours que le Bureau du CA tarde à s’acquitter de certaines obligations financières. Pourtant, on pouvait croire que tout était rentré dans l’ordre d’autant que, la veille du match aller du 2e tour de Coupe arabe, le président du club de Bab Jedid M. Cherif Bellamine a eu une réunion d’une heure et demie avec les joueurs, ce qui laissait croire qu’un accord était intervenu. Surprise, mercredi soir : à dix minutes du coup d’envoi du match CA - ENPPI, les joueurs mirent vite le fameux brassard noir. S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com