Publication d’une carte mondiale de la réduction de la fracture numérique





En marge de la tenue de la deuxième phase du Sommet Mondial sur la Société de l’Information, la société Alcatel vient de dresser, en collaboration avec la société Maplecroft, une carte de l’accès aux technologies de l’information et de la communication dans le monde. Tunis-Le Quotidien Il s’agit d’une carte qui détaille le rôle des TIC comme catalyseurs du développement économique et social notamment leur contribution aux objectifs du millénaire pour le développement fixés par les Nations Unies. Cette carte mondiale de la réduction de la fracture numérique 2005 fait partie de la série des cartes mondiales de Maplecroft analysant les risques et opportunités afférents. Elle illustre le rôle que jouent les technologies d’Alcatel pour combler le fossé numérique dans le monde. Représentant près de 178 pays, cette carte décrit les principes de l’engagement en faveur de la réduction de la fracture numérique et les partenariats entre les entreprises et acteurs divers pour améliorer les niveaux d’accès au numérique au sein des populations. Les participations des entreprises en Afrique, en Asie, en Amérique et en Océanie, ainsi que les études de cas, mettent en valeur les opportunités pour tous les acteurs impliqués. Parallèlement à la publication de cette carte, Alcatel a présenté par la même occasion son rapport, réalisé avec infoDev, intitulé «Promouvoir l’investissement et l’innovation privés pour répondre aux besoins en information et en communication». Ce rapport vise à mettre en lumière les opportunités susceptibles de favoriser la réalisation des objectifs de développement essentiels. Ces opportunités contribueront à combler le fossé entre la demande et l’offre de services TIC pour répondre aux besoins d’information et de communication des communautés rurales et mal desservies d’Afrique sub-saharienne. Le rapport détaille, également, comment l’alliance de technologies novatrices et de modèles de gestion de financement créatifs peut conduire à la création de services de communication capables de répondre aux besoins des communautés les plus démunies au monde. Il comprend, notamment, cinq études de cas de petites entreprises dynamiques, travaillant dans le domaine de la santé, de la banque mobile ou des systèmes d’information sur les prix et les marchés. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com