France : Couvre-feu au PS





Le Quotidien-Agences Les socialistes français se sont retrouvés hier pour un congrès de trois jours qui dira s'ils sont capables de surmonter leurs divisions et d'aborder l'élection présidentielle de 2007 avec une alternative crédible pour détrôner la droite. Après les querelles étalées au grand jour ces derniers mois, l'heure semblait plutôt à l'apaisement entre les chefs des différents courants du parti, d'autant qu'une série de sondages ces derniers jours a montré que les Français jugent sévèrement le PS. A la veille du congrès, le chef du PS François Hollande, qui brigue un quatrième mandat, a rencontré pour la première fois en près d'un an son grand rival Laurent Fabius, l'ex-Premier ministre qui avait bravé la direction en militant en faveur du non lors du référendum sur la Constitution européenne en mai. Les deux hommes ont promis de "préparer de manière pluraliste", c'est-à-dire avec toutes les sensibilités du PS, le projet du parti et la désignation de son candidat à l'Elysée, un sujet ultrasensible tant les aspirants sont nombreux. L'enjeu du congrès est de taille: à défaut de concocter un projet qui synthétise toutes les vues socialistes, le PS doit au minimum donner l'impression aux Français qu'il peut se remobiliser et prendre en compte leurs attentes, loin des querelles internes qui le minent. "Une adresse aux Français", condamnant la politique gouvernementale dans les banlieues qui viennent de s'embraser et proposant une politique alternative à cet égard, est notamment en préparation. Aux yeux des Français, le Parti socialiste n'incarne pas pour l'instant de projet vraiment différent de celui de la droite. Une majorité de la population juge qu'à bien des égards il ne ferait guère mieux que l'équipe de Jacques Chirac et Dominique de Villepin. Conscients de la nécessité d'inverser la vapeur en prévision de 2007, François Hollande et Laurent Fabius ont plaidé pour un congrès de "rassemblement" qui soit "tourné vers les Français", offensif dans la proposition comme dans la critique de la droite. La direction du PS a avancé de six mois la date de ce congrès, en réaction à la gifle infligée par la victoire du non au référendum sur la Constitution européenne.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com