J.T.C. 2005 : 47 titres, 58 spectacles et des invités des quatre coins du monde





C’est sous le signe de l’ouverture sur l’autre et du dialogue des cultures et des civilisations que le Comité directeur de la 12ème édition des Journées Théâtrales de Carthage a axé cette grande manifestation. Des quatre coins de la planète, ils vont venir pour participer à ce festival, unique en son genre. Avant quelques jours, tout semble prêt du côté de Mohamed Driss, le directeur de cette session. Les Journées Théâtrales de Carthage continuent à être le rêve des hommes de théâtre arables et africains. Cette année, ce festival soufflera sa 22ème bougie racontant les péripéties d’une longue histoire d’amour et de militantisme dont les héros sont des hommes de théâtre tunisien ; des artistes qui ont bel et bien cru à l’importance d’un vrai dialogue entre les créateurs arabes et africains sur la terre de la Tunisie, le pays arabe, africain, méditerranéen... Malgré toutes les entraves qui ont marqué les différentes éditions des Journées Théâtrales de Carthage (JTC), cette manifestation a réussi à survivre. C’est à partir du jeudi 24 novembre courant que les amoureux de la scène se donnent rendez-vous à Tunis pour prendre part aux différentes compétitions et diverses activités des JTC. Plusieurs pays ont confirmé déjà leurs participations à cette manifestation d’envergure qui s’étalera sur dix jours. L’Egypte, l’Algérie, le Maroc, le Liban, le Koweït, la Syrie, l’Irak, la Palestine, le Côte d’Ivoire, la Jordanie et d’autres pays africains seront présents dans la compétition officielle au côté de la Tunisie, hôte des JTC. D’autres pays comme la Belgique, la France, l’Italie, l’Allemagne, Hongkong prendront par aux JTC 2005 via des représentations théâtrales axées sur l’ouverture sur l’autre et le dialogue des cultures et des civilisations et qui mettent en exergue un «corps théâtral jeune et sain». Plusieurs invités du Monde Arabe, de l’Afrique et de l’Europe seront à Tunis, pour participer aux différents axes de cette manifestation théâtrale, parmi lesquels on cite Maher Salibi (Syrie), Nader Omrane (Jordanie), Abelghanni Daoud, Khaled Souleyman, Amina Salem (Egypte), Haythem Abderrazek, Saleh Kassab, Aouatef Naïm (Irak), Jean-Claude Carrière, Bernard Turin (France)... Ces invités seront présents dans les colloques et les débats organisés parallèlement aux représentations théâtrales. Quatre expositions sont au programme des JTC 2005 qui comporte 47 titres et 58 spectacles présentant les aspects les plus innovants et recherchés de la création théâtrale contemporaine du théâtrale arabe et africain. «Sogolon : la vie ordinaire d’une femme épique» signée par la Compagnie Kiyi Mbock de la Fondation panafricaine Kiyi de la Côte d’Ivoire annoncera la couleur de cette manifestation théâtrale biennale, et ce, le jour de l’ouverture, le 24 de ce mois, à partir de 19h30, au Théâtre Municipal. «Sogolon», cette épopée musicale où les différentes expressions artistiques se croisent (théâtre, chant, danse, marionnettes) représente bel et bien l’esprit de cette édition. Comme à l’accoutumée, plusieurs espaces abriteront les différents axes de cette manifestation, qui a vu le jour en 1983. Parmi ces espaces, on cite : le Théâtre Municipal, Le Mondial, le 4ème art, le Carré d’art, Al-Hamra, El Teatro, L’Etoile du Nord, le Centre culturel de Bir Lahjar, le Centre National des arts de la marionnette... Nous reviendrons avec plus de détails sur le programme entier de cette 12ème édition. Imen ABDERRAHMANI ______________________________ Participation tunisienne : le secret Le directeur artistique ce dette 12ème édition des JTC, l’artiste Mohamed Driss a choisi de garder la participation tunisienne secrète pour éviter les polémiques avec les hommes de théâtre tunisien surtout ceux qui veulent tenter leurs chances dans la compétition officielle. Au-delà de la compétition, on croit savoir que plusieurs pièces de théâtre seront programmées pour permettre aux invités de la Tunisie de découvrir les différentes expériences qui ont ponctué le 4ème art tunisien ces deux dernières années. Polémique dans l’air L’homme de théâtre tunisien Moncef Souissi a manifesté son mécontentement au sujet de la sélection du directeur artistique de cette 12ème édition des JTC Mohamed Driss. La raison de ce mécontentement est que Moncef Souissi a présenté deux dossiers de deux pièces de théâtre d’approches artistiques différentes qui sont “Familia Star” et “Oubliez Hérostate” sauf que le Comité d’organisation a opté vraisemblablement pour la deuxième qui met en avant le talent de Souissi en tant que metteur en scène. “Je me demande pourquoi on n’a pas programmé “Familia Star” qui traduit mon effort en tant que dramaturge? Pourquoi cette exclusion alors que je suis le père des JTC, le fondateur?”, nous a déclaré Souissi. Affaire à suivre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com