Violents duels entre le Hezbollah et Israël : Le front libanais s’embrase





• Trois combattants du Hezbollah tués Le Quotidien-Agences De violents duels d’artillerie se déroulaient hier après-midi entre le Hezbollah chiîte libanais et l’armée israélienne dans le secteur controversé des fermes de Chebaâ, aux confins du Liban, d’Israël et de la Syrie. Trois combattants du Hezbollah ont été tués lors des affrontements. L’aviation israélienne a bombardé hier après-midi des positions du Hezbollah dans le Liban Sud, a indiqué la police libanaise. Les affrontements ont commencé lorsque les combattants du Hezbollah ont bombardé des positions israéliennes dans ce secteur, selon la police libanaise. Les tirs d’obus du Hezbollah ont visé cinq positions de l’armée israélienne dans cette région. Les bombardements, qui ont commencé peu avant 15h00 locales (13h00 GMT) se poursuivaient une heure plus tard. La police libanaise a également fait état de tirs du Hezbollah sur des positions israéliennes sur le plateau du Golan occupé par l’Etat hébreu. Quelque 300 obus ont été tirés en une heure par le Hezbollah, selon la police libanaise. L’artillerie israélienne a riposté aux tirs du Hezbollah, selon des sources militaires israéliennes qui ont fait état de tirs d’artillerie massifs depuis le Liban Sud sur le secteur des fermes de Chebaâ. Selon ces sources, il s’agit de tirs lancés par le Hezbollah qui a du même coup attaqué le village de Ghajar. Ce village se trouve à moitié en territoire libanais non occupé et à moitié dans le secteur de Chebaâ. Par ailleurs, des sources militaires israéliennes ont fait état de la chute d’un obus en territoire israélien aux abords du Kibboutz Shir (haute Galilée). La population a été invitée à gagner les abris dans des secteurs proches de la frontière israélo-libanaise, selon les mêmes sources. Aucune victime n’avait été signalée de part et d’autre. Territoire d’une vingtaine de kilomètre carrés, le secteur des fermes de Chebaâ, le secteur des fermes de Chebaâ a été conquis par Israël sur la Syrie en 1967 et est revendiqué aujourd’hui par Beyrouth, avec l’aval de Damas. L’Onu considère cependant que cette zone, qui reste un foyer de tension et d’affrontements à intervalles irréguliers, est syrienne. Les derniers accrochages entre le Hezbollah et Israël remontent au 3 novembre lorsque l’artillerie israélienne avait ouvert le feu depuis le secteur de Chebaâ en direction de zones inhabitées sous son contrôle. Selon une source militaire israélienne, il s’agissait de tirs de semonce, pour éloigner d’éventuels attaquants du Hezbollah. L’armée israélienne a été mise sur le qui-vive à cette date à la frontière libanaise, de crainte d’attaques d’envergure du mouvement chiîte libanais, selon une source militaire israélienne. Depuis début novembre, l’aviation israélienne a multiplié les survols du territoire libanais, ce qui a entraîné une protestation de Beyrouth auprès de l’Onu.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com