Bombardement d’Al-Jazira : La presse britannique bâillonnée par le gouvernement





Le Quotidien-Agences La presse britannique s'est vue prier par le gouvernement de ne publier aucune information sur le contenu d'un mémorandum officiel concernant sur une conversation dans laquelle le président américain George W. Bush aurait envisagé de bombarder la télévision Al-Jazira, a-t-elle affirmé hier. Le Daily Mirror qui le premier a rapporté l'affaire mardi, a affirmé dans son édition d’hier que le conseiller du gouvernement pour la Justice, Lord Goldsmith, l'a menacé de poursuites s'il publiait la moindre nouvelle information sur le sujet. Lord Goldsmith a invoqué la section cinq de la loi sur les secrets officiels, a affirmé le Daily Mirror, et prévenu qu'il traînerait le journal devant la haute cour de justice s'il passait outre. "Nous avons essentiellement accepté de nous y soumettre", a déclaré le journal mercredi. Le Guardian et le Times ont également affirmé hier qu'ils avaient été menacés de poursuites s'ils révélaient le contenu de ce mémorandum "top secret". Dans son édition mardi, le Daily Mirror avait fait état d'un mémorandum de Downing Street, rapportant en cinq pages une conversation entre le Premier ministre britannique Tony Blair et le président américain George W. Bush qui aurait exprimé le souhait d'attaquer le siège de la chaîne satellitaire, basée au Qatar. Blair s'y serait opposé. La couverture de la guerre en Irak par Al-Jazira a fait l'objet de vives critiques de Washington. La Maison-Blanche a démenti mardi cette information, qualifiant de "farfelu" et d'"inconcevable" l'article du Daily Mirror. "Nous n'allons pas crédibiliser quelque chose de si farfelu et d'inconcevable en apportant une réponse" à un tel article, a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche Scott McClellan.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com