Réforme de l’assurance-maladie : Les prestataires de services médicaux s’impatientent





Tunis - Le Quotidien Les prestataires des services médicaux privés attendent avec impatience la reprise des négociations sur les conventions sectorielles dans le cadre de la réforme de l’assurance-maladie. Médecins de libre pratique toutes spécialités confondues, pharmaciens, propriétaires de cliniques privées et biologistes sont prêts depuis octobre dernier pour débattre des actes médicaux, des tarifs de soins et du taux de remboursement. “La caisse nationale de l’assurance-maladie (CNAM) nous a promis une reprise des négociations juste après la signature du décret relatif à la convention cadre et la parution de ce dernier dans le JORT. Et ce n’est toujours pas chose faite”, souligne le Dr. Mongi Amouri, secrétaire général du syndicat des médecins dentistes. Les prestataires de services médicaux privés estiment que si les négociations ne reprennent pas dans les quelques semaines à venir, l’application du nouveau régime d’assurance-maladie, prévue pour juillet 2006, pourrait être, encore une fois, reportée. A priori, les autorités de tutelle auraient l’intention de rejeter le système du tiers-payant en raison du retard qu’accuse la mise en place du réseau informatique qui devrait relier la CNAM aux cabinets médicaux et aux officines. 50% seulement des cabinets médicaux sont actuellement informatisés. C’est pourquoi le ministère des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger, cheville ouvrière de la réforme de l’assurance-maladie, opterait pour le paiement direct. Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com