M. Chékib Nouira, président de l’IACE au «Quotidien» : «Nous attendons 800 participants cette année»





Lors d’une rencontre où il présentait fièrementla 20ème édition des Journées de l’entreprise,M. Chakib Nouira, président de l’Institut arabe des chefs d’entreprise (maître d’œuvre des Journées) a répondu en toute sincérité à 3 questions délicates à propos du rendez-vous désormais traditionnel de Sousse. Une rencontre à ce point importante qu’elle a toujours eu l’honneur de se tenir sous le haut patronage du Chef de l’Etat. * Le Quotidien : De nombreux observateurs ont montré du doigt, ces dernières années, une désaffection de plus en plus marquée des hommes d’affaires à l’égard de ces Journées. Quelles en sont les raisons ? M. Chakib Nouira : Je ne crois pas qu’il y ait une quelconque désaffection puisque les chiffres disent exactement le contraire. Nous avions moins de 200 participants les premières années alors que l’édition 2004 en a enregistré 460 et que l’année 2005 s’annonce exceptionnelle avec 800 participants attendus. Il est vrai que les têtes ont changé, si j’ose dire. Les grands capitaines d’industrie ont été remplacés par leurs fils ou leurs gestionnaires et c’est une bonne chose car cela prouve que cette institution se renouvelle. De plus, la qualité des intervenants n’a jamais cessé de se relever avec les années, et ceci, de l’avis d’observateurs de premier plan. * Vous avez mis la barre très haut cette année avec trois thèmes capitaux: textile, tourisme et TIC. Mais cette prolifération ne risque-t-elle pas de disperser la concentration et l’intérêt des participants ? On aurait pu parler de dispersion si les trois thèmes étaient débattus ensemble dans la même salle... ! Mais nous avons tout organisé de manière à permettre aux participants de choisir et d’aller, à leur guise, aux thèmes qu’ils préfèrent. Nous nous attendons d’ailleurs à ce que les trois espaces génèrent des débats en profondeur et, on l’espère, de recommandations qui nous permettent de réfléchir plus avant et d’anticiper. * Pourquoi le suivi des recommandations des sessions précédentes n’a-t-il pas été mené comme l’on s’y attendait devant les recommandations importantes qui en émergeaient ? Nous n’avons pas à organiser des réunions pour contrôler si les recommandations de nos participants ont donné tel ou tel résultat. Cependant, il faut savoir que nous sommes fiers de l’intérêt permanent qu’accorde la Tunisie, au plus haut niveau à ces recommandations. Manoubi AKROUT manoubi.akrout@planet.tn


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com