Budget de l’Etat 2006 : Débat de fond sur les réformes politiques, l’emploi et la compétitivité





• Création de 78 mille emplois • 11.200 recrutements dans la Fonction publique M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, a donné hier à la Chambre des députés le coup d’envoi des débats budgétaires en présentant la déclaration du gouvernement sur le projet du budget de l’Etat pour l’exercice 2006. Tunis - Le Quotidien Le Premier ministre a mis l’accent, d’emblée sur les retombées de la mauvaise conjoncture économique mondiale qui a prévalu au cours de l’année 2005 sur l’économie tunisienne. La flambée des prix des hydrocarbures, le démantèlement des AMF, la rude concurrence sur les marchés extérieurs et le ralentissement économique mondial ont eu des répercussions négatives sur tous les secteurs. Une batterie de mesures a permis, néanmoins, de limiter les effets néfastes des aléas d’une conjoncture difficile. 600 entreprises, relevant du secteur du textile-habillement spécialisées dans la production des produits les plus menacés par la concurrence étrangère, ont bénéficié d’un soutien technique. 90 entreprises ont passé de la sous-traitance à la cotraitance. Les campagnes de sensibilisation quant à l’importance de la maîtrise de l’énergie, le soutien au secteur privé et la diversification de l’économie ont contribué, entre autres, à limiter le déficit courant de la balance des paiements à 2% et le déficit budgétaire à 3%. * 78 mille emplois dans les secteurs non-agricoles Le Premier ministre a souligné, par ailleurs, que l’emploi tient toujours le haut du pavé en matière des priorités de l’action gouvernementale. L’année 2006 sera marquée par la création de 78 mille emplois dans les secteurs non-agricoles. Un chiffre ambitieux mais réaliste quand on sait les mesures exceptionnelles dont bénéficiera le secteur de l’emploi. L’Etat recrutera 11.200 cadres et agents dont la majorité sont des diplômés de l’enseignement supérieur. La généralisation de la prise en charge par l’Etat de 50% des salaires des diplômés recrutés par les entreprises privées, le programme de développement des délégations prioritaires, l’octroi de 10 mille crédits BTS et de 36 mille microcrédits, l’aménagement de six nouvelles zones industrielles, la mise en place de cinq nouvelles pépinières d’entreprises et de plusieurs centres d’affaires contribueront à la création des 78 mille emplois programmés. La banque des PME, les Fonds d’aide à la création d’entreprises, l'essaimage des entreprises et les investissements étrangers constituent également des mécanismes de nature à contribuer à la création de nouveaux emplois. Le plan de développement pour l’année 2006 s’articule autour de l’amélioration de la croissance du PIB, appelée à se situer aux alentours de 5,8% contre 4,2% en 2005. * Amélioration de la compétit vité des entreprises L’encouragement de l’investissement privé et l’amélioration de la compétitivité des entreprises constituent les principaux sentiers à battre au cours de l’année 2006. En matière de compétitivité, la Tunisie a réussi à augmenter sa part du marché européen de 7% en 2004 et 3,3 durant les cinq premiers mois de l’année en cours. M. Ghannouchi a fait remarquer que ces “résultats encourageants” sont susceptibles d’être améliorés. Le plan de mise à niveau de l’industrie a abouti à des résultats satisfaisants. 3372 entreprises ont adhéré au plan. 2153 entreprises ont déjà commencé à appliquer des plans de mise à niveau. Des efforts seront consentis pour que le nombre total des entreprises certifiées “ISO” atteigne 1300 entreprises en 2009. Une panoplie de mesures permettra, d’autre part, d’améliorer les exportations. Plusieurs campagnes de sensibilisation quant à l’importance de l’adhésion au système de la liasse unique seront menées auprès des entreprises. Le domaine d’intervention du Fonds de conquête des marchés extérieurs sera aussi élargi pour inclure le soutien aux entreprises en matière de recherche de partenaires et d’implantation à l’étranger. D’autres mesures seront prises après l’organisation d’une consultation nationale sur l’exportation ordonnée par le Chef de l’Etat. * Consolidation de la liberté d’expression Le Premier ministre a affirmé, par ailleurs, que la contribution des secteurs relevant de l’économie du savoir à la production et à l’emploi sera améliorée. Les investissements dans ces secteurs augmenteront de 9,7%. Leur contribution au PIB sera de l’ordre de 20,3% en 2006. 50 mille étudiants poursuivront des cursus universitaires ayant trait à l’informatique et aux télécommunications en 2009. Trois nouveaux centres de travail à distance, des pôles technologiques et des pépinières d’entreprises constitueront le fer de lance du développement de l’économie du savoir. Les mesures à caractère social ne manquent pas. Le revenu individuel atteindra 4000 DT en 2006. Le 6ème round des négociations sociales qui touche à sa fin permettra également d’améliorer le niveau de vie et le pouvoir d’achat des citoyens. Le taux de couverture sociale atteindra 90% en 2006. M. Mohamed Ghannouchi a indiqué, sur un autre plan, que l’initiative du Chef de l’Etat consistant à charger le président de la Haute instance des droits de l’homme et des libertés fondamentales de prendre contact avec les partis politiques et les composantes de la société civile pour s’enquérir de ses préoccupations dans le cadre du renforcement du dialogue national témoigne du choix irréversible du Président Ben Ali de développer et d’enrichir la vie politique. La mise en place des radios et des chaînes télévisées privées, la multiplication des journaux, la facilitation de l’accès à Internet et l’annulation annoncée du dépôt légal constituent, selon M. Ghannouchi, des mesures de nature à enrichir le paysage médiatique et à consolider la liberté d’expression. Walid Khefifi


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com