Privatisation de la BS : Une nouvelle ère commence mardi prochain





Décidément, le désengagement de l’Etat tunisien de la Banque du Sud (BS) entrera en vigueur, officiellement, à partir de mardi prochain, à travers la cession des actions de l’Etat au consortium hispano-marocain sur la Bourse de Tunis. Tunis-Le Quotidien La dernière réunion des actionnaires de la Banque du Sud, tenue vendredi dernier, restera un moment fort dans l’histoire de la banque, puisqu’elle a mis fin à la présence de l’Etat tunisien en tant qu’actionnaire principal de la BS. Ce désengagement de l’Etat entre, en effet, dans le cadre de tout un programme national de privatisation de certaines entreprises publiques afin de leur permettre de se redynamiser et d’assurer leur équilibre financier. Ainsi, l’Etat tunisien cédera à partir de mardi prochain se part de 33,54% dans le capital de la BS à un consortium hispano-marocain regroupant les banques Santander et Ettijara Wafa Bank, conformément aux articles de la convention signée entre les deux parties le 27 octobre dernier. Cette cession sera donc finalisée à partir de mardi 29 novembre, à travers une transaction sur la Bourse de Tunis des actions de l’Etats tunisien à ce consortium avec un prix de 9,010 dinars par action. * Choyer les petits porteurs Le choix de ce consortium pour le projet de privatisation de la BS a été justifié, au cours de la réunion de ses actionnaires, par l’importance de son offre et sa distinction par rapport aux autres tant au niveau du prix que du programme de développement ou également du projet industriel qu’elle prévoit. On croit savoir, à ce propos, que ce nouvel actionnaire a pris l’engagement de protéger les petits porteurs en s’interdisant toute réduction du capital ainsi que de préserver les postes d’emploi durant une période de trois ans. Sur un autre plan, les actionnaires de la Banque ont décidé, durant leur dernière réunion, de dissocier les fonctions de président du Conseil d’administration et celle de directeur général pour se conformer à la loi bancaire tunisienne en vigueur depuis juillet 2001. D’autres résolutions ont été unanimement votées ayant trait principalement à la nomination du président du Conseil d’administration et celle du DG. Les actionnaires ont décidé, par ailleurs, l’éligibilité au Conseil d’administration des personnes physiques ou morales choisies en raison de leur participation au capital, de leur qualification technique ou de leur représentativité des petits actionnaires. La réunion s’est achevée par la nomination de six nouveaux administrateurs à la place des administrateurs tunisiens représentant l’Etat et les organismes publics tunisiens. Il s’agit de MM. Khalid Oudghiri, Saâd Bendidi, Mohamed Haïtani, Mohamed Ghallab, José Reig et Javier Hidalgo qui représentent désormais le consortium hispano-marocain au sein du Conseil d’administration de la Banque du Sud. Il y a lieu de souligner que le consortium Stantander/Ettijara-Wafa Bank était en concurrence avec la BNP Paribas dans ce projet de cession de 33,54% du capital de la BS. Après la finalisation de ce projet, qui a duré plus de trois ans, l’attention des analystes et des économistes sera branchée sur le plus grand projet de privatisation en Tunisie et même en Afrique, celui de l’opérateur téléphonique national Tunisie Telecom, qui devrait être achevé vers la fin de l’année prochaine. Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com