«A life journey through musicals» : Le corporel au service du verbal…





La comédie musicale a effectué son retour, lors de la 12ème édition des Journées Théâtrales de Carthage. «A life journey through musicals» est une délicieuse ballade qui porte la griffe de l’artiste tunisien Mohamed Drissi, l’actuel président de la «Hong Kong Musical Theater Federation». L’enchantement a été le mot clef de «A life journey through musicals» une comédie musicale qui a drainé la foule au théâtre d’El Hamra et a fait l’objet d’une grande bousculade, quelques minutes avant l’ouverture des portes. Il est à espérer que cette cohue soit permanente et dans tous les espaces culturels, durant toute l’année ! Mohamed Drissi est le maître d’œuvre de ce spectacle. Tunisien de naissance et de cœur, Drissi qui a vécu quelques années à Marseille, est à la fois chorégraphe, professeur et président de la Fédération du Théâtre musical de Hong Kong. «A life journey through musicals» est venue couronner le parcours de ce Tunisien qui a choisi d’étudier et de se spécialiser dans la danse théâtrale et le jazz. Une passion qui l’a mené jusqu’à New York pour poursuivre ses études à l’Institut de danse américain Alvin Aïley. Sur les planches d’El Hamra, Mohamed Drissi a dépoussiéré la comédie musicale, un genre théâtral qui a connu son apogée dans les années cinquante et qui est en voie de disparition. Durant une heure et demie assortie de quelques entractes qui ont permis à Drissi d’expliquer l’objet de ce projet artistique, le public a voyagé au cœur des chansons références du répertoire de la comédie musicale. «Cats», «Achorus line», «Miss Saigon», «The King and I», «West side story», «Flower drung song», «Kiss the spider woman», «South pacific», «Rent», «Scarlet Pimpernel», «The Pajama Game» et «Jekyll and Hyde», sont autant de représentations phares dans l’univers de la comédie musicale, mais aussi dans la politique internationale surtout au niveau des relations sino-américaines. Chaque morceau est un tableau du vécu des immigrés chinois aux U.S.A dans les années cinquante et soixante; une mosaïque de la situation et de la souffrance des Chinois qui ont choisi de s’installer sur la terre de l’oncle Sam. «Flower drung song» n’est qu’une bribe de ces comédies-musicales qui ont repris cette souffrance des immigrés chinois en mettant l’accent sur ceux qui ont choisi San Francisco et qui ont dû se battre pour conserver la culture chinoise. «J’ai lutté pour faire renaître cette œuvre... «Flower drung song» a été refusée à maintes reprises car elle a des références politiques» nous a expliqué Mohamed Drissi. Drissi et son équipe hongkongaise ont parlé de tous les sujets: des mariages mixtes, de l’immigration,des mélanges des races, de l’amour..., une équipe composée de quatre étudiants de l’Académie du théâtre musical, à savoir Anthony Suen Ming Kit, Aska Chung Wai Sang, Tse Pui Ki Penny et Shadow Show. Le passage d’une comédie musicale à une autre a été réussi du point de vue costumes, danses - Le public a beaucoup aimé la danse des claquettes et le jeu des comédiens qui ont excellé d’un rôle à un autre, changeant comme des caméléons et surtout cette belle interprétation des chansons écrites dans la langue de Shakespeare. Les voix asiatiques chantant en anglais est un vrai régal qui a poussé le public à applaudir la belle prestation de Drissi et ses artistes Imen ABDERRAHMANI ______________________________ Du tac au tac Moufida Touati (journaliste) «Les journées Théâtrales de Carthage 2005 nous ont permis de découvrir un genre théâtral très particulier qui est la comédie musicale. Je félicite ce metteur en scène tunisien qui a eu l’idée intelligente de jeter la lumière sur ce théâtre qui entremêle plusieurs expressions artistiques comme la danse, le chant et la comédie. Il n’empêche que je me demande: pourquoi les organisateurs ont programmé deux spectacles pour une production où le théâtre est presque absent?». Rima Aouad (journaliste libanaise) «Penser à faire renaître la comédie musicale est une bonne idée qui nous a permis de goûter au charme de ces productions théâtrales à mi-chemin entre la danse la musique et le théâtre et qui ont connu un grand succès dans les années cinquante en Europe. J’ai aimé la première partie du spectacle et ce voyage corporel et musical sur la musique rock mais j’ai remarqué que la partie où il y avait le ballet a été un peu faible par rapport à la première partie. L’interprétation des chansons anglaises par ces artistes asiatiques a été formidable». Béchir Filali (étudiant, 3ème année musique) «De par ma formation et ma spécialité dans les arts lyriques et scéniques, je trouve que «A life journey through musicals» est un grand spectacle qui repose sur des recherches approfondies dans les différents genres de la comédie musicale. Ce facteur a permis d’offrir des tableaux réussis de danses et de chant, surtout avec cette diversité au niveau des costumes. L’interprétation des chansons est convaincante malgré quelques fausses notes dans le passage de la note aiguë à la note grave». I.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com