France : De Villepin durcit les modalités d’immigration





• Allongement de deux ans du délai de vie commune • Sélection des étudiants étrangers en privilégiant ceux à «haut potentiel» Le Premier ministre annonce une série de mesures visant à limiter le regroupement familial, à lutter contre la polygamie et contre les mariages mixtes, et à sélectionner les étudiants étrangers. Le Quotidien-Agences Le Premier ministre Dominique de Villepin a annoncé hier une série de mesures destinées à durcir les conditions d'entrée des étrangers en France, notamment en limitant le regroupement familial, lors d'un Comité interministériel de contrôle de l'immigration (Cici). Le gouvernement a décidé notamment d'allonger de deux ans le délai de vie commune à l'issue duquel un étranger ayant épousé une Française peut demander la nationalité française (4 ans pour un couple résidant en France, 5 ans sinon),. Les mesures liées au mariage, qui nécessitent une réforme du Code civil, doivent faire l'objet d'un projet de loi préparé par la Chancellerie et présenté en Conseil des ministres "pendant l'hiver". "Le regroupement familial est aujourd'hui la deuxième source d'immigration régulière après le mariage. Il a concerné 25.000 en 2004, un nombre stable depuis plusieurs années", a indiqué le Premier ministre à la presse à l'issue de la troisième réunion du Cici. "C'est un droit garanti par la Constitution et les conventions internationales: il n'est pas question de le remettre en cause mais de mieux l'organiser pour faciliter l'intégration des personnes concernées, car le regroupement est généralement le point de départ d'une installation durable en France", a-t-il insisté. "Aujourd'hui, la durée du séjour à l'issue duquel on peut faire une demande de regroupement familial est d'un an. Ce délai ne me paraît pas suffisant: deux ans me paraîtraient plus raisonnables", a ajouté le Premier ministre * Les étudiants à "haut potentiel" Le gouvernement a par ailleurs dévoilé plusieurs mesures visant à renforcer la sélection des jeunes étrangers venus étudier en France, en privilégiant, à l'instar des pays anglo-saxons, les étudiants à "haut potentiel". La France est le troisième pays le plus attractif, derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, avec 50.000 nouveaux étudiants étrangers par an. "Il ne s'agit pas de contingenter les étudiants étrangers mais de procéder à davantage de sélection avant l'entrée en France. Il faut faire en sorte que les meilleurs d'entre eux viennent chez nous et pas ailleurs", a-t-on insisté dans l'entourage du Premier ministre. Une circulaire devrait être envoyée aux ambassades fixant quatre critères supplémentaires pour octroyer un visa pour études: projet d'études, parcours académique et personnel, compétences linguistiques, état des relations bilatérales avec le pays d'origine. Pour faciliter la sélection des étudiants, le dispositif CEF (Centre pour les études en France), qui existe actuellement en Chine, au Maghreb, au Sénégal et au Vietnam, sera étendu à six pays: Mexique, Corée du Sud, Liban, Cameroun, Turquie, Madagascar. Les étudiants passant par les CEF auront droit à un titre de séjour automatique, sans devoir passer par la préfecture. Les étudiants à "fort potentiel" (mastère, grandes écoles...) pourront obtenir, à l'issue de leurs études, une carte de séjour de six mois pour travailler et s'installer en France. Cette dernière disposition nécessite un support législatif. Il s'agit, via ces mesures, de tester sur les étudiants le concept d'"immigration choisie" lancé par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, qui entend l'étendre aux "actifs qualifiés" dans sa future loi sur l'immigration. * Le Contrat d'intégration généralisé Dans un entretien paru hier dans 20 Minutes, Dominique de Villepin s'est, par ailleurs, prononcé en faveur du Contrat d'accueil et d'intégration (CAI) et des CV anonymes, deux mesures destinées à favoriser l'intégration des étrangers et à lutter contre les discriminations. Le Premier ministre estime que le Contrat d'accueil et d'intégration (CAI) "est une bonne chose" mais doit être "mieux adapté et pouvoir être généralisé". Créé en 2003, le CAI, est proposé par l'Etat à tout étranger admis en France en vue d'une installation durable. Il précise les conditions dans lesquelles l'intéressé bénéficie d'actions destinées à favoriser son intégration et les engagements qu'il prend dans ce sens, "dans le respect des lois et des valeurs fondamentales" de la République. Dominique de Villepin s’est également déclaré «tout à fait favorable» à «l’expérimentation» du CV anonyme, «apès discussion avec les partenaires sociaux».


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com