Echec, violence physique et verbale en milieu scolaire : La démission des parents et des enseignants et la bureaucratie administrative au banc des accusés





Les résultats d’une étude menée entre 2000 et 2003 dans des écoles réparties sur tout le terrible du pays touchant 5000 élèves ayant été renvoyés pour conduite indisciplinée ont dévoilé la crise de confiance entre les parents et le milieu scolaire. Tunis — Le Quotidien Les données statistiques qui confirment l’existence de cette crise ont été exposées hier par M. Slaheddine Ben Fraj, professeur de sociologie à l’Université de Tunis qui était parmi l’équipe de recherche qui a mené l’étude sur le terrain. L’exposé a été donné au cours de la journée d’études organisée hier dans un hôtel de la capitale et consacré à la présentation de programmes d’action sociale au milieu scolaire. Les résultats de l’étude ont suscité un débat très chaud au cours duquel des enseignants, des parents et des responsables relevant des ministères de l’Education et de la Formation et des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’Etranger ont adapté des attitudes et des points de vue divergents quant aux causes du phénomène des dérives disciplinaires au sein des institutions éducatives et aux causes directes de ce dérapage. * Crise de confiance... L’explication sociologique présentée par le Pr. Slaheddine Ben Fraj a mis toutes les parties sur le banc des accusés. L’étude effectuée à travers la méthode d’investigation par entretien a fait participer 174 enseignants, 116 encadreurs, 68 directeurs d’établissements scolaires et 570 parents des deux sexes. Sur la base du nombre d’élèves qui ont fait l’objet d’une mesure d’expulsion temporaire ou définitive, il s’est avéré que dans 98% des cas, les parents, convoqués pour assister aux Conseils de discipline devant lesquels leurs enfants ont été traduits ont brillé par leur absence. Il s’agit de 5000 dossiers entre 2000 et 2003. Le sociologue a expliqué le phénomène par l’existence d’une crise de confiance manifestée par les parents envers les parties intervenantes, dans le milieu scolaire. * Crise d’adolescence Par ailleurs, les résultats de l’enquête montrent que 58% des élèves concernés par l’expulsion appartiennent à la tranche d’âge 16-18 ans. Cette catégorie représentant l’âge de l’adolescence choisit, dans 60% des cas, les salles de classe pour faire preuve d’un comportement irresponsable et aboutir à la violence verbale et physique. Ce phénomène met à nu, d’après les conclusions de l’enquête, une sorte de démission de la part des enseignants. Aussi, l’explication sociologique met en exergue la crise d’adolescence comme un facteur poussant les enseignants à abandonner leur rôle d’encadrement para-scolaire. * Bureaucratie... Le troisième point évoqué en tant que facteur intervenant directement dans la détérioration des rapports entre les parents et les composantes de la sphère scolaire concerne l’aspect bureaucratique dominant dans la prise de décision et la conception des systèmes éducatifs au sein des établissements scolaires. «Le milieu scolaire est un espace très fermé et ne tolère pas l’intervention extérieure représentée par les parents qui se sentent écartés», déclare le sociologue en se basant sur les attitudes exprimées par les parents interviewés. «Cette bureaucratie fait naître une mauvaise représentation de l’école chez les parents qui sera transmise aux enfants. Ces derniers adoptent par conséquent une attitude très hostile envers l’école qui se traduit par un comportement physique et verbal agressif», note le professeur. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com