Bush ferme sur le retrait d’Irak : Pas de calendrier





Le président américain George W. Bush a déclaré hier que le niveau des troupes américaines en Irak dépendait des conditions sur le terrain et non pas «de calendriers artificiels établis par des hommes politiques à Washington». Le Quotidien-Agences La présidence américaine a annoncé hier qu'elle prévoyait de réduire les forces américaines en Irak en 2006, tout en avertissant qu'elle ne pouvait pas fournir "une date certaine" pour la victoire dans ce pays. "Aucune guerre n'a jamais été gagnée en fonction d'un calendrier, celle-ci n'échappera pas à la règle", a commenté le Conseil de sécurité nationale auprès du président George W. Bush, dans un document intitulé "La stratégie nationale pour la Victoire en Irak", le plus détaillé du genre à être rendu public sur ce conflit et daté de novembre 2005. "Bien que nous ayons confiance en une victoire en Irak, nous ne mettrons pas une date certaine sur le moment où chacun des succès interviendra, parce que la date du succès dépend de la réalisation de certaines conditions, pas de calendriers arbitraires", poursuit le texte. Lors de son discours et tout en confirmant un prochain retrait, le président américain a toutefois estimé qu’un retrait immédiat de la totalité des troupes sera une «énorme» et «terrible erreur». «Les terroristes ont dit clairement que l’Irak est le front central dans leur guerre contre l’Humanité. Nous devons considérer l’Irak comme le front central dans la guerre contre le terrorisme», a déclaré le président Bush devant l’Académie de la Marine à Annapolis (Maryland, est). «Des rues des villes occidentales aux montagnes d’Afghanistan, en passant par les îles d’Asie du Sud-Est et la Corne de l’Afrique, cette guerre va connaître beaucoup de tournants. Et l’ennemi doit être vaincu sur chaque champ de bataille», a-t-il ajouté. Le Président américain s’est par ailleurs engagé à rechercher la «victoire complète» en Irak, c’est-à-dire l’avènement d’un pays libéré des «terroristes» qui pourraient menacer les Etats-Unis. «Je ne me satisferai de rien de moins que la victoire complète», a déclaré Bush, lors d’un discours à la prestigieuse académie de Marine d’Annapolis (Maryland, est). «La victoire viendra quand les terroristes et les saddamistes (partisans de l’ancien président irakien Saddam Husseïn, ndlr) ne pourront plus menacer la démocratie irakienne», a-t-il ajouté. La mission sera accomplie «quand les forces de sécurité irakiennes pourront assurer la sécurité de leurs propres citoyens, et quand l’Irak ne pourra plus être un refuge pour les terroristes qui préparent de nouveaux attentats contre notre pays», a poursuivi le Président américain. * Insécurité Cette déclaration intervient alors que sur le terrain neuf Irakiens chiîtes ont été tués dans une attaque au nord de Bagdad, illustrant l'insécurité continuelle en Irak qui s'est aussi manifestée par l'enlèvement de cinq Occidentaux en 24 heures. Circulant en minibus, neuf Irakiens ont été tués et deux blessés à la sortie de leur village de Abou Sayda, près de Baaqouba, alors qu'ils se rendaient à leur travail le matin. Cette attaque fait suite aux tirs dirigés contre un minibus transportant des pèlerins chiîtes près de Bagdad. Deux passagers britanniques d'origine indienne avaient été tués. La violence a continué aussi de cibler les figures politiques et religieuses sunnites, à trois semaines des élections législatives du 15 décembre. Ainsi, le mufti sunnite de Falloujah Hamza Al-Issaoui, a été assassiné avant-hier soir par des inconnus armés. Les autorités religieuses de la ville ont annoncé un deuil de trois jours et des milliers de personnes ont participé à ses funérailles. Alors que les rapts visant les étrangers en Irak avaient connu un déclin dernièrement, neuf d'entre eux et un Irakien ont été enlevés en moins d'une semaine. * Washingon et Londes critiqués Deux cassettes vidéo ont confirmé le rapt de cinq Occidentaux portés disparus en Irak. La télévision qatariote Al-Jazira a diffusé une brève vidéo, datée du 27 novembre, tournée par un groupe disant s'appeler les Brigades des Epées du droit et montrant, retenus en otages, deux Canadiens, un Britannique et un Américain travaillant pour l'ONG chrétienne Christian Peacemaker Teams. Cette ONG a confirmé le rapt samedi à Bagdad de ces quatre employés et a, dans un communiqué, donné l'identité des quatre hommes apparus dans la vidéo: Tom Fox, 54 ans, Américain, Norman Kember, 74 ans, Britannique, et deux Canadiens, James Loney, 41 ans, et Harmeet Singh Sooden, 32 ans. "Ce qui est arrivé à nos camarades est le résultat des actes illégaux des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne dus à leur attaque illégale contre l'Irak", a écrit l'ONG. Selon Al-Jazira, le groupe qui a revendiqué l'enlèvement les considère comme des "espions". L'ambassade d'Iran à Bagdad était par ailleurs toujours sans nouvelles de quatre pèlerins iraniens, kidnappés lundi au nord de Bagdad. Deux Iraniennes enlevées en même temps qu'eux ont été libérées. Selon le chauffeur irakien du groupe de pèlerins, blessé par des tirs des ravisseurs, des policiers irakiens figurent parmi ces derniers.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com