Jeunes et transparence : Une arme à double tranchant





Nous avons tous besoin de temps à autre d’une oreille attentive. Seulement, le fait de trop s’extérioriser présente parfois des risques car les personnes qui vident leur caisse pour faire partager ces choses qui leur pèsent lourd peuvent voir leur vie «étalée» et de se retrouver le sujet clé des potins et des cancans. Que faire donc quand quelque chose nous ronge ? Faut-il être transparent et tout dévoiler? Les jeunes pèsent le pour et le contre. Tunis - Le Quotidien Ils se croisent, font connaissance, se sentent sur la même longueur d’onde et s’unissent par un lien censé être très noble. Cette harmonie nous donne envie d’offrir à l’autre un droit d’accès à toutes les particules de notre vie des plus intimes aux plus infimes... Normal, puisqu’on croit que c’est pour le meilleur et pour le pire ! Toute relation interpersonnelle semble tellement plus facile à entretenir lorsqu’on n’a rien à cacher... Sauf que cette personne qui lit dans nos pensées, comme dans un livre ouvert peut ne pas être celle qu’on croit... Cette transparence qui nous a permis de se sentir plus légers peut nous causer des ennuis et des tracas. Pas de mystères, pas de cachotteries, place à la transparence pour Elyes Tlili, 17 ans. Le jeune homme ne va certes pas jusqu’à vider sa caisse à tout le monde mais avec les amis intimes, il a toujours «craché le morceau». «Je choisis minutieusement mes amis. Je les soumets à plusieurs tests et une fois «adhérés au club», je ne leur cache plus rien. Je leur permets de tout connaître sur moi et je partage avec eux tous mes secrets. D’ailleurs je ne peux pas concevoir l’amitié autrement. Un ami est d’abord un bon confident. Certes, il y a toujours un risque que nos secrets soient dévoilés, mais je pense que cela dépend de notre aptitude à bien évaluer notre vis-à-vis», dit-il. Elyes ne s’extériorise pas toutefois à tous les amis. Il cache certaines choses aux filles et ne peut pas non plus tout dire aux parents. «Certains sujets restent tabous; je ne peux aucunement en parler avec mes parents. Avec les filles je fais aussi preuve d’une certaine réserve. On ne sait jamais ! Je peux me montrer transparent et elles peuvent utiliser cela contre moi et cerner mes points faibles... Non merci. Vaut mieux donc s’abstenir», ajoute-t-il. Fahd Jouini, 18 ans, pense que la transparence est une arme à double tranchant. «On croit qu’on partage nos soucis avec quelqu’un pour apaiser nos peines et on peut se retrouver pris dans notre propre piège», dit-il. Fahd pense que la seule personne devant laquelle il peut absolument tout dire, c’est sa maman. «Ma mère ne me trahira jamais, cela est sûr. Je lui dis tout. Avec les autres, je suis prudent. Je peux révéler certaines choses, mais je garde d’autres choses pour moi. Cela dit, si un jour je penserai au mariage, ma partenaire doit absolument être digne de confiance... Parce que franchement je ne peux pas imaginer une vie à deux si l’un ou l’autre a des choses à cacher ! Et si jamais un jour, je me rends compte qu’elle a trahi le secret ou si je découvre qu’elle compte qu’elle va me faire chanter croyant qu’elle me tient, je serai prêt à tout casser... Sur ce point je suis intraitable!» ajoute-t-il. Youssef El Jiri, 18 ans, est cachottier. Pourquoi ? C’est parce que, par ces temps, il trouve que les apparences sont très trompeuses et il ne sait plus à qui il peut faire confiance. «Mis à part ma mère qui connaît les grandes lignes de ma vie, je ne fais confiance à personne. Certes,la transparence en tant que telle est une chose positive. Mais les personnes transparentes peuvent s'autodétruire. On n’est jamais assez prudent. L’être humain est très complexe et celui qui nous semble aujourd’hui bon et digne de confiance peut se transformer en un ennemi demain alors qu’il sait tout de nous... Que se passera-t-il donc? Il aura toutes les armes qu’il faut pour nous détruire. Alors pourquoi en arriver là! Il est beaucoup plus prudent de rester sur nos gardes... On ne sait jamais!» dit-il. Nasreddine Mzoughi, 17 ans, est timide, réservé et introverti. Parfois, il pense que cette nature est justement une chance. «Je suis de nature timide et réservé. Les autres me trouvent mystérieux et un peu complexe... Ce n’est pas le cas. J’ai du mal à m’extérioriser et j’ai mon petit monde à moi. Un petit jardin secret que je ne partage avec personne... Mais cette nature me sert d’armure. Je suis protégé contre les personnes indiscrètes et je garde ma vie bien à l’abri. Ceci dit, je pense que nul ne doit se confier totalement. C’est une grave erreur. D’ailleurs, à quoi bon fouiller dans le passé des autres. C’est du passé et c’est fini ! A quoi bon être trop transparent ? Les autres peuvent l'utiliser contre nous juste pour servir leurs propres intérêts. La transparence est une arme autodestructrice à mon avis», dit-il. Abir CHEMLI-OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com