«B’nett Lella Mannana» : Un bouillon réchauffé





La première production de la compagnie Takoon (ou Talon aiguille) a été donnée avant-hier à l’Etoile du Nord. De l’amusement à souhait... et pas plus. Dans un décor à la marocaine, simple mais poétique, les filles (Smia Akarriou, Saâdia Ladib, Saâdia Azgoun, Nadia El Alami et les autres) ont joué, dansé, chahuté 1h30 durant. Mais que raconte la pièce ? Toutes sont courbées pour carder de la laine, broder des draps et continuer à se chamailler... Toutes ont dépassé l’âge du mariage. Toutes rêvent d’un cavalier sur son cheval blanc. Mais le cavalier ne viendra jamais et elles continuent à tresser leurs cheveux blancs, et à mettre de l’argile sur le visage pour entretenir leur peau ridée. Que des désirs amputés et des plaisirs étouffés. Elles sont renfermées, écrasées par une mère qui en voulait à mort aux hommes. Dans la maison, tout est donc hystérique. Jusqu’au jour où une voix virile transperce les murs et fait son effet. La benjamine (très rebelle) refuse de finir comme ses aînées et fugue pour donner cette leçon (de morale) à cette maman insensible. Cette dernière finit par céder. Mais c’est déjà trop tard. Le train est passé et les filles ne pourront jamais le rattraper. Même en marche. Elles sont trop vieilles pour le faire. Dans ces ambiances à la fois jubilatoires et nerveuses, mâtinées d’une pointe d’humour et des couleurs froufroutantes, l’histoire de B’nett Lella Mannana, est à la fois simple et légère. Très superficielle même. Si elle n’est pas dépassée. Elle aurait pu bien marcher. Si elle avait été donnée il y a 20 ans, 30 ans, voire plus. Un thème vieillot et qui ne répond plus aux vrais problèmes de la société marocaine. La compagnie Takoon a créé ce spectacle à l’occasion d’un travail de fin d’études à l’ISADAC du Maroc... il y a déjà 12 ans. En 2003, elles l’ont repris pour le métamorphoser en spectacle théâtral. Elles auraient dû le mieux étoffer et le garnir de plus d’actualité. Un manque flagrant dans la recherche. Zohra ABID


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com