Israël admet : Le régime d’Assad n’est pas près d’être renversé





Le régime du président syrien Bachar Al-Assad n'est pas immédiatement menacé en dépit des pressions sur Damas dans le contexte de l'assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri, selon le chef des renseignements militaires israéliens, le général Aharon Zeevi. Le Quotidien-Agences Dans une interview au quotidien Maariv publiée hier, le général Zeevi indique qu'Israel "suspecte que la Syrie est impliquée dans l'assassinat de Hariri au vu de tous les renseignements que nous avons en main". Il a également accusé Damas de permettre le passage d'explosifs en contrebande vers l'Irak pour venir en aide aux insurgés et de s'exposer ainsi à la menace d'une possible intervention militaire américano-britannique. S'il prend acte des pressions internationales accrues exercées contre le président syrien dans ce contexte, notamment américaines, il estime toutefois trop tôt pour dire que le régime syrien est proche de sa fin. Au Maariv qui lui demandait si les menaces américaines faisaient vaciller le régime de Assad, le général Zeevi a répondu: "pas au point de dire qu'Assad est près de perdre son trône". La commission d'enquête de l'Onu sur l'assassinat de Rafic Hariri doit rendre dans les prochains jours son rapport après avoir interrogé plusieurs responsables syriens, dont le ministre de l'Intérieur, Ghazi Kanaan, s'est suicidé la semaine dernière. Après la mort du ministre syrien, le chef de la diplomatie israélienne Sylvan Shalom, cité par la radio publique, avait déclaré qu'il y avait fort à craindre que Ghazi Kanaan "ait servi de victime expiatoire" pour couvrir une éventuelle implication des autorités syriennes dans l'assassinat de Hariri. "Nous ne savons pas avec certitude" si Assad est derrière cet assassinat, a souligné le général Zeevi. Le général Zeevi a également accusé Damas de fermer délibérément les yeux sur l'aide aux insurgés irakiens. Dimanche, la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice avait formulé les mêmes accusations. Les Syriens "autorisent les terroristes à traverser le territoire syrien" vers l'Irak, avait-elle dit.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com